Madagascar : découverte d'une nouvelle espèce de gecko

Publié le par Alain GYRE

Madagascar : découverte d'une nouvelle espèce de gecko

Par Ronan Dayon

Publié le 14-11-2014

Madagascar : découverte d'une nouvelle espèce de gecko

Ce gecko a été trouvé au nord de Madagascar, dans la réserve de la Montagne des Français, à proximité d'un fort en ruine. Une région connue pour sa biodiversité particulièrement riche.

Un spécimen de Paroedura Hordiesi découvert dans la réserve naturelle de la Montagne des français, située au Nord de Madagascar. © Frank Glaw Un spécimen de Paroedura Hordiesi découvert dans la réserve naturelle de la Montagne des français, située au Nord de Madagascar. © Frank Glaw

TSINGY. Dans une étude parue dans le journal Zoosystematics and Evolution, des chercheurs ont décrit une nouvelle espèce de gecko (Paroedura Hordiesi). Cette trouvaille a été faite dans un massif calcaire karstique du nord de la Grande Ile, appelé Tsingy en malgache.

GÉNÉTIQUE. Un spécimen de la même espèce avait déjà été trouvé en 2004. Mais ce n'est que grâce à une analyse génétique que l'équipe de chercheurs a pu prouver qu'il s'agissait d'une nouvelle espèce de gecko.

Ce gecko est nocturne et expert en camouflage

D'autres spécimens étudiés dans la même réserve naturelle ont permis de constater que cette espèce mesure environ 5,8 cm de la tête à la queue. Et la taille de celle-ci (5,3 cm) équivaut quasiment à la taille du corps. Par ailleurs, Paroedura Hordiesi est nocturne et expert en camouflage.

DANGER. Selon les experts, l'habitat de ce gecko est limité à environ 50 km carré et serait en recul en raison de la destruction de la forêt. Ils proposent donc que l'animal soit placé sur la liste des espèces en danger d'extinction par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature.

LireDe nouvelles espèces protégées par la Convention de Bonn>

La région abriterait de nombreuses espèces encore inconnues d'après les scientifiques. D'ailleurs, par le passé, au même endroit, de nouvelles espèces de rainettes, de lézards, de caméléons et de serpents avaient été découvertes.

Cette diversité d'animaux micro-endémiques s'explique par la mosaïque de paysage qui composent cette région. Le relief escarpée crée un isolement entre chaque habitat. Ce qui conduit les espèces à évoluer de manière séparée.

Publié dans Revue de presse, Faune

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article