Huile de ricin : Madagascar exporte 10 tonnes en une année

Publié le par Alain GYRE

Huile de ricin : Madagascar exporte 10 tonnes en une année

Jeudi, 08 Janvier 2015

Des milliers de paysans dans la région Androy travaillent dans la filière oléagineux. En fait, cette filière est favorisée dans la région par les conditions environnementales. C’est ainsi que la société Phileol a développé la filière depuis 2008. Non seulement, la filière est valorisée mais les paysans ont pu améliorer leur vie quotidienne. Selon les informations recueillies, plus de 95% de la population y vit avec moins de 1$ par jour, c’est à dire moins de 2000 ariary. L’activité économique repose essentiellement sur l’agriculture vivrière et et est donc très vulnérable aux aléas climatiques. La production agricole et les opportunités économiques limitées des ménages ne leur permettent pas de subvenir à leurs besoins alimentaires.

Grâce à la mise en place de cette entreprise 6 000 paysans ont pu sécuriser et diversifier leurs revenus. De plus , PhileoL développe des partenariats avec d’autres acteurs de développement afin de renforcer leurs capacités techniques et organisationnelles. Aussi, la PhileoL il a un impact positif sur l’environnement de par la culture des oléagineux, dont le système radiculaire contribue à la refertilisation des sols et à la lutte contre l’érosion. D’ailleurs d’ici 2016, PhileoL a pour objectif de devenir l’acteur principal de la filière oléagineuse malgache tout en permettant à près de 6 000 paysans de multiplier leur revenu par 5 et de renforcer leur rôle dans la filière.

Pour atténuer la pauvreté, la société aide les paysans à produire des graines de ricin et de jatropha, graines particulièrement adaptées aux régions arides. Les paysans sont ainsi assurés d’un revenu régulier. Ils sont accompagnés par Phileol et ses partenaires afin d’améliorer la qualité et la quantité produites, en s’organisant en groupements et ainsi pour mieux maîtriser leur développement économique. Elle a également fait le pari de monter une usine moderne d’extraction et de production d’huile dans cette région désolée. Ce faisant, elle contribue au renforcement économique de la zone, en créant de la valeur ajoutée à partir de la production locale et en redynamisant les infrastructures locales, notamment le port d’Ehoala (Fort-Dauphin). De nouveaux investissements ont été effectués en 2013 afin d’améliorer la qualité de l’huile. Alors que l’huile étant très demandée sur le marché européen, Madagascar n’arrive même pas à satisfaire les demandes selon les informations. En 2013, 10 tonnes d’huile selement ont été vendues et exportées.

Faut-il préciser que la société joue un rôle notable dans la filière oléagineux malgache et saisit l’opportunité d’un marché en plein essor, celui des huiles vertes, utilisées par l’industrie pour minimiser son impact sur l’environnement ?

R.Volatsara

La Gazette

Publié dans Revue de presse, Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article