Ambatomaro – Un rocher menace de s’écrouler

Publié le par Alain GYRE

Ambatomaro – Un rocher menace de s’écrouler

Ambatomaro – Un rocher menace de s’écrouler

Les rochers de la colline d’Ambatomaro, représentent un danger pour la population riveraine

03.03.2015

Des fissures sont aperçues sur la colline d’Ambatomaro mettant en danger les habi­tants des quartiers environnants. L’évacuation des riverains est urgente.

Danger imminent, déclare le professeur Eddy Raso­lomanana, chercheur à l’Institut et Observatoire de Géophy­sique d’Antana­narivo (Ioga), hier, face aux fissures observées sur la colline d’Am­batomaro. Les vibrations générées par la pluie diluvienne de la semaine dernière sont à l’origine de ce glissement de colline signalé par les chercheurs. Ces derniers craignent le pire si la forte précipitation persiste dans les prochains jours. « Les fissures aperçues sur les rochers sont dans un équilibre limite. Si la pluie continue, ce sera le pire. L’évacuation des riverains est urgente », indique le chercheur de l’Ioga.

Les habitants de deux-cent toits à Ambolokandrina et à Ava­ratra Ankatso sont exposés à ce danger dont ils sont conscients. L’un d’entre eux, Louis Rasolofo­nandrasana, a profité du passage des autorités sitôt averties, sur le lieu, pour exprimer ses craintes. Il exhorte les autorités à leur trouver un abri en attendant une prise de mesure contre le danger. « On sait depuis jeudi que ces rochers ne tiennent plus qu’à un fil avec une fissure de 10 cm. On sait qu’ils vont s’écrouler si la pluie continue à faire des siennes les deux ou trois prochains jours. L’un de ces rochers pèse 20 tonnes alors imaginez les dégâts que leur écroulement va engendrer, alors trouvez-nous un abri au plus vite», adresse t-il, à la ministre de la Population, Onitiana Realy.

Négociation

Les habitants appellent, malgré cela, à une collaboration avec les forces de l’ordre pour surveiller leurs biens. En effet, le Com­mandant du Corps de la Protection Civile, Faly Aritiana a souligné que l’urgence est l’évacuation des gens, non le déménagement. Cet Officier a noté la collaboration entre l’État-major de l’Armée, la gendarmerie et la Police nationale pour maintenir l’ordre et surveiller les biens des gens. Un gros problème se pose toutefois sur le lieu d’évacuation des habitants de ces deux cent toits. Jean Jugus Razafiarison, directeur des réponses aux urgences auprès du Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes (BNGRC) confie les difficultés matérielles du BNGRC pour venir en aide aux sinistrés. « Il ne nous reste plus que cent tentes de prépositionnement pour venir en aide aux sinistrés. En ce moment (hier dans l’après-midi), le SE (Secrétaire Exécutif) est en négociation avec l’ambassade de Chine qui pourrait nous apporter son aide », confie t-il. D’autre part, la ministre de la Population, Onitiana Realy envisage de négocier avec la ministre de l’Ensei­gnement Supérieur et de la Recherche Scientifique, la professeure Marie-Monique Rasoazana­nera, pour trouver un refuge pour les habitants d’Ambolo­kandrina et d’Avaratra Ankatso, sur le campus universitaire. La même panique est née

chez certains habitants de Mahamasina, hier, à propos d’une menace d’écroulement des rochers sur la colline de Manjaka­mia­dana. Le BNGRC rassure qu’aucune fissure n’y est encore observée pour le moment.

Michella Raharisoa

L’Express

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article