Cantilène de Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Cantilène de Madagascar

Si j'ai fait de granit ma maison pour la mort,

Je n'ai fait qu'en raphia la maison de ma vie.

Je vois passer les jours sans désir ni remords,

Dans ma chair sans orgueil mon âme est assouvie.

J'ai du riz, un toit sûr, un lamba qui me vêt :

C'est là tout ce que pour moi mon vieux père rêvait.

Toutefois il me faut quand viendra l'agonie

Qu'on enroule à mon corps la toile cramoisie,

Le lambamena pourpre aux larges plis soyeux ;

Et qu'on garde à mes os le culte des aïeux.

Ainsi, moi trépassé, que l'on pleure ou l'on rie

Je dormirai content sans désir ni remords.

Je n'ai fait qu'en raphia la maison de ma vie

Si j'ai fait de granit ma maison pour la mort

Merci,à

Patrice Mussard

Kalafotsy Ramato

Publié dans Littérature, Poèmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article