Soavina-Ampanefy – Retour douloureux à la vie normale

Publié le par Alain GYRE

Soavina-Ampanefy – Retour douloureux à la vie normale

Des habitants tentent de sauver quelques meubles après l’effondrement de sa maison.

18.03.2015

Le niveau de l’eau a connu une baisse significative dans les communes de Soavina et d’Ampanefy mardi. Les habitants commencent à faire les inventaires des dégâts.

Soavina-Ampanefy – Retour douloureux à la vie normale

Au moins 50% des biens détruits ou endommagés. C’est le bilan dressé par la plupart des habitants du fokontany de Vahilava, commune de Soavina, après la série d’inondations qui a frappé cette commune, depuis le début de l’année. Les intempéries survenues le 26 février ont fait même plonger ce fokontany sous les eaux pendant trois semaines. Aussi, c’est le grand déblayage qui anime le quartier depuis le début de la semaine. « C’est le retour à la case départ! Nous n’avons plus aucun appareil électronique ni vêtements. Notre poste de télévision et la radio ont été emportés par les eaux. Je n’arrive pas non plus à retrouver mon téléphone portable. Nous n’avons pu emporter que quelques couvertures et des marmites, quand nous avons quitté notre maison. L’eau se trouvait au niveau de la hanche durant cette catastro­phe », se souvient Holiniaina Randriatiana, mère de famille à Vahilava. Cette mère de famille semble pourtant plus chanceuse que les autres. À quelques mètres, Julienne Ramaroniaina tente de sauver quelques meubles, après que sa maison s’est effondrée sous la pression des eaux et le coup du soleil. « Je n’ai découvert ma maison tombée en ruine que ce matin. Je ne sais pas comment nous allons faire pour remonter la pente. Comme vous pouvez constater, les champs de rizière se sont transformés en une vaste plage et en un lac. Nous avons tout perdu », se plaint-elle au bord des larmes.

Des difficultés

Au total, selon Rigobert Rakotoarisoa, maire de la commune de Soavina, soixante-seize maisons se sont écroulées depuis le début de l’année, dans sa commune après les intempéries. « Cette statistique risque encore d’augmenter. Beaucoup de maisons présentent aujourd’hui des fissures », a indiqué le maire de la commune de Soavina. Le maire ne sait pas pour l’instant comment sa commune peut aider ces sinistrés pour que ces derniers puissent retrouver leur vie d’avant. « Il faudrait deux ans pour

réhabiliter les maisons, la route et les rizières, si les autorités nous apportent des aides », a avancé Tiana Ramarofiakarana, habitant du fokontany du Vahilava. Les dégâts laissés par l’inondation dans les communes d’Ampanefy et de Soalandy, restent par contre à déterminer. Aussi, une portion de route menant dans ces deux communes depuis Anosizato Ouest, a été emportée par les eaux. « Comme tous les autres habitants dans cette zone inondée, beaucoup de maisons se sont effondrées dans notre fokontany. Mais, les gens n’osent pas encore revenir chez eux », a relaté Fanirimanitra Rasoamalala, habitante du fokontany de Behoririka, commune d’Ampanefy. Aussi, la plupart des ménages craignent d’être enterrés, vivant dans leurs maisons. « Nous commençons seulement à rouvrir les fenêtres et à déblayer la maison. Durant la nuit, nous dormons toujours sous les tentes », a souligné Holiniaina Randriatiana.

L’Express

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article