Fondation d’Entreprise Air France : Une nouvelle crèche pour l’association Akamasoa

Publié le par Alain GYRE

Fondation d’Entreprise Air France : Une nouvelle crèche pour l’association Akamasoa

(29-04-2015)

Fondation d’Entreprise Air France : Une nouvelle crèche pour l’association Akamasoa

Les membres de la Fondation Air France avec le Père Pedro, devant la nouvelle crèche de l’association Akamasoa.

© www.midi-madagasikara.mg

Un bâtiment flambant neuf remplace celui qui existait déjà dans l’enceinte de l’association humanitaire Akamasoa. Il s’agit d’une nouvelle crèche ayant une capacité d’accueil d’environ 150 enfants défavorisés à partir de 2 ans et demi, pris en charge par l’association. C’est le fruit d’un financement à hauteur de 26 000 Euros de la part de la Fondation d’Entreprise Air France. Ayant été présente à Madagascar depuis 1992, celle-ci a déjà soutenu 54 projets, dont majoritairement des associations œuvrant pour la prise en charge des enfants en difficulté. Et là encore, de 2014 à 2015, la Fondation a financé sept projets, dont six en faveur des enfants issus des familles défavorisées, et un qui prend en charge les enfants en situation de handicap. Ainsi, le total de ces appuis financiers remonte à 88 000 Euros.

«Il faut s’efforcer d’augmenter la chance des enfants à avoir accès à l’éducation. Ceci, afin qu’ils deviennent des personnes libres, une fois adultes», a souligné Cécile Vic, présidente de la Fondation Air France, hier, à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle crèche de l’association Akamasoa. En perspective, cette entité entend procéder à l’évaluation de tous les projets bénéficiaires de ses appuis, et identifiera en même temps d’autres associations susceptibles de bénéficier de ses financements. Par ailleurs, le Père Pedro, créateur de l’association Akamasoa n’a pas manqué de dire que «ces enfants, même s’ils sont pauvres, ont quand même droit à la beauté, d’où cette belle crèche». De belles prestations de danse de la part des enfants ont orné la cérémonie d’inauguration.

© Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article