Peste : Situation épidémiologique préoccupante à Antananarivo

Publié le par Alain GYRE

Peste : Situation épidémiologique préoccupante à Antananarivo

(22-04-2015)

Difficile pour la population de la capitale de ne pas craindre une recrudescence de la peste avec la formation de ces montagnes d’ordures un peu partout dans la ville depuis quelques semaines et l’éparpillement des immondices qui favorisent la prolifération des rats, vecteurs de la maladie.

Peste : Situation épidémiologique préoccupante à Antananarivo

Les puces collectées seront testées dans ce laboratoire. (Photo Kelly)

© www.midi-madagasikara.mg

Depuis hier, les activités de surveillance de la peste dans la ville d’Antananarivo ont repris, après avoir été suspendues en 2006, faute de financement. Mais face à une situation épidémiologique préoccupante et une multitude de facteurs ne favorisant pas la réduction des risques d’épidémie (entassement des ordures sur la voie publique, propices à la prolifération des rats ; insalubrité des quartiers et des habitations ; surpopulation, etc) la reprise de ces activités arrive à point nommé. Avec l’appui de la Banque mondiale à hauteur de 12 500 euros, ces activités de surveillance des rats et de surveillance de la résistance des puces aux insecticides, sont à nouveau relancées. Ainsi, une campagne de capture de rats et de collecte de puces est actuellement menée dans la capitale. Quinze « agents captureurs » issus du Bureau municipal d’hygiène (BMH) et des volontaires de la Croix Rouge Malagasy (CRM) ont été formés à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) et sont actuellement chargés de capturer des rats dans 13 marchés communaux et 9 quartiers à Antananarivo.

Marchés communaux. Des nasses et des pièges à rats seront placés dans ces 21 sites incluant les marchés communaux d’Analakely Ambodifilao, Mahamasina, Namontana, 67ha (Coum et « Bagdad »), Besarety, Ambohijatovo, Petite Vitesse, Isotry, Anosibe, Andravoahangy, Soamanatombo. Quant aux quartiers, sont entre autres concernés ceux de Manjakaray, Anosibe Mandrangobato, Ampefiloha, Andranomanalina, Isotry, Antohomadinika, Ankasina, 67ha. Les sites seront visités par les agents captureurs 4 jours par semaine jusqu’à la fin du mois de septembre. Les rongeurs ainsi capturés et les puces collectées, seront soumis à des tests. Ceux réalisés sur les puces permettront de vérifier leur sensibilité aux insecticides.

Réussite compromise. Le processus, dont la coordination est assurée par l’IPM en collaboration avec le ministère de la Santé et la commune urbaine d’Antananarivo, a pour principal objectif de recueillir les indicateurs de risque de peste permettant de prendre les décisions adéquates et d’adapter les mesures de lutte contre la peste dans la ville d’Antananarivo, de signaler précocement le risque de survenue de la maladie chez les humains et d’en évaluer l’extension géographique.

L’initiative est, certes, louable et non moins indispensable. Toutefois, la réussite de la démarche de réduction des risques d’épidémie… risque d’être compromise avec la persistance du dysfonctionnement dans le système d’enlèvement des ordures à Antananarivo.

© Midi Madagasikara

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article