Talike Gellé chante la culture de la région androy

Publié le par Alain GYRE

Talike Gellé chante la culture de la région androy

La chanteuse Talike Gellé participe activement à la valorisation de la culture malgache sur la scène internationale.

03.04.2015

La musique tient une place importante dans la culture malgache, il importe ainsi de s’en servir pour la promouvoir au niveau international. Talike Gellé en a fait son devoir.

Talike Gellé chante la culture de la région androy

Un retour aux sources pour fêter ses vingt ans de carrière. C’est ce que l’artiste Talike Gellé partagera avec son public ce samedi au Cercle germano malagasy à partir de 16h. Ayant plus passé la majorité de sa carrière musicale à l’étranger, Talike Gellé est une chanteuse aussi talentueuse qu’ambitieuse. Ce concert, qu’elle donnera ce 4 avril, se fera en compagnie d’un jeune dont elle affectionne particulièrement le talent, en la personne de Zazaraha, célèbre pour sa chanson « Dia efa izay ».

Depuis leur rencontre sur la matinale de la RTA l’année dernière, dans le cadre du festival Angaredona, les deux artistes se sont convenus de porter un projet artistique ensemble. C’est en 1997 que Talike Gellé crée le charmant trio « Tiharea », signifiant la richesse. Le groupe est composé de trois charmantes Malgaches originaires de la région Androy de la Grande île. Fascinées par le Beko dès son plus jeune âge, elle et ses sœurs ont pris goût à la musique et ont déjà remporté de prestigieux prix à l’étranger, comme lors du concours du KLEURRIJK Talent à Rotterdam en Hollande. « J’en ai vu de pays et dans ma carrière, je n’ai jamais eu de cesse de prôner mon appartenance à ma terre natale, même si la majorité de ces vingt ans en tant qu’artiste, je les ai passés à l’étranger. J’ai rarement eu l’occasion de me produire ici dans la Grande île, ne serait-ce que lors du festival Angaredona par exemple, mais mon pays, je le connais très bien, et je le porte toujours dans mon cœur », affirme Talike.

Musique interculturelle

Dans l’optique de partager sa perception et son amour pour la culture malgache, la chanteuse tient à travers son concert à inciter ses camarades artistes à persévérer dans la valorisation de cette dernière. En vingt ans de carrière, Talike Gellé a littéralement réussi un tour du monde et trace encore son petit bonhomme de chemin. Elle raconte « on peut dire qu’on en a vu de pays, avec le groupe, de l’Europe en passant le continent africain jusqu’au Canada, sans oublier nos îles voisines, la Réunion, l’île Maurice et d’autres. Comme on est amené à rencontrer différentes cultures, on s’est ainsi adapté à cela. On mélange alors du jazz et du blues avec du Beko ou encore du Banaiky, un autre style musical du Sud que je mélange avec le funk ou le reggae ».

Talike Gellé travaille surtout sur la fusion des rythmes tout en respectant la culture locale. À travers ses chansons, elle évoque des contes tout en jouant d’instruments traditionnels évidemment. Tels que des percussions traditionnelles, la flûte et la valiha. Fusion oblige, ses chansons sont aussi ornées de saxophone, de batterie et de guitare électrique. Par contre elle n’aime pas trop le clavier dans ses chansons.

L’Express

Publié dans Musique, Musique malgache

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article