Changements climatiques : « Ce n’est pas une histoire, mais une réalité»

Publié le par Alain GYRE

Changements climatiques : « Ce n’est pas une histoire, mais une réalité»

Rédaction Midi Madagasikara 22 mai 2015

Une augmentation phénoménale de la température et des phénomènes naturels de plus en plus graves et fréquents font que Madagascar n’est plus épargné par les conséquences néfastes des changements climatiques (CC).

Changements climatiques : « Ce n’est pas une histoire, mais une réalité»

«Durant les 30 dernières années, l’on a enregistré une hausse de température de 0,2°C dans la partie Nord de Madagascar. Et quant à la partie Sud, c’est 0,9°C», a confié Hery Andriamirado Rakotondravony, directeur du Bureau National de Coordination des Changements Climatiques (BNCCC) auprès du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie, de la Mer, et des Forêts. Par ailleurs, si les actions favorisant ces CC ne cessent pas, d’ici à 2055, la variation de la température annuelle sera de 2,6°C. Et l’existence des événements extrêmes qui se sont produits dans le pays dernièrement ne fait que prouver les conséquences néfastes des CC à Madagascar. Les phénomènes naturels comme les cyclones sont de plus en plus fréquents et en même temps, violents. «Il y a quelques années de cela, les violents cyclones ne se rencontraient qu’une seule fois tous les trois ou quatre ans. Mais maintenant, c’est une fois tous les deux ans», poursuit-on. Ainsi, tout cela amène à dire que les changements climatiques ne sont pas une histoire à raconter, mais une réalité pour tous les pays, y compris Madagascar. Par ailleurs, si depuis 2006, 12 régions ont été considérées comme les plus vulnérables aux CC, «à l’heure actuelle, c’est presque tout le pays qui l’est», renchérit Hery Andriamirado Rakotondravony.

Reboisements. Alors, quelles en sont les stratégies que Madagascar doit mettre en place pour s’adapter aux CC, et ainsi d’atténuer leurs mauvaises conséquences? «Il faut faire place aux reboisements car les déforestations conduisent directement aux CC. Ce qui ne peut que créer des conséquences néfastes sur les richesses naturelles du pays», rapporte le directeur général des Forêts à Madagascar. Faut-il rappeler que les cultures sur brûlis, les feux de brousse, et l’utilisation des bois forestiers pour le charbon,… constituent effectivement les principales causes de la déforestation à Madagascar. Alors, le WWF a rapporté en 2012 que seules 23% des surfaces sont couvertes par les forêts. Par ailleurs, l’heure est à la réduction d’émission des gaz à effet de serre (GES) dans la production des énergies, le secteur du transport, l’agriculture, etc.

Conscientiser. Malgré la réalité des conséquences néfastes des CC à Madagascar, peu de Malgaches en ont encore conscience. Néanmoins, le ministère de tutelle fait en sorte de ne pas prendre à la légère la situation. C’est pourquoi l’existence de la journée informative sur les conséquences néfastes des CC à Madagascar qui a eu lieu hier, dans la salle de conférences de l’immeuble Plan, Anosy. C’est un événement ayant été organisé par le ministère de tutelle par le biais du BNCCC, en partenariat avec la Fondation Friedrich-Ebert-Stiftung (FFES), dont le but est d’informer, de sensibiliser et de conscientiser le grand public ainsi que tous les secteurs pouvant être concernés par la lutte contre les CC dans le pays. A noter qu’au sein du BNCCC existe une cellule de pérennisation financière pour les luttes contre les CC, qui se fixe comme objectif d’identifier les priorités du pays dans ces actions de lutte, et ainsi de convaincre les bailleurs de fonds nationaux et internationaux sur l’utilité d’un financement pérenne pour le pays.

Midi Madagasikara

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article