Baobab, aliment star de 2015: Un marché à plusieurs milliards de dollars

Publié le par Alain GYRE

Baobab, aliment star de 2015: Un marché à plusieurs milliards de dollars

Baobab, aliment star de 2015: Un marché à plusieurs milliards de dollars

Publié le mercredi 3 juin 2015

En bonne place pour arborer le titre du super-aliment de 2015, notamment en Europe. Les médias des pays européens qualifient ainsi le baobab.

Certes, même l’alimentation évolue au gré de la mode, mais une fois qu’un produit exotique est bien accueilli sur les marchés des pays développés, il a des chances d’y rester assez longtemps. D’ailleurs, le baobab contient 3 fois plus de calcium que le lait, 6 fois plus de potassium que la banane, 10 fois plus d’antioxydants que les baies de Goji, 15 fois plus de vitamine C que la grenade et 3 fois plus de magnésium que l’abricot. Il possède aussi 8 acides aminés essentiels, contient du fer... Les fruits de baobab aideraient également à lutter contre le cancer, les maladies cardiaques, le diabète, les rhumes, les maux de ventre, les rides, etc. A Madagascar qui possède 6 espèces endémiques sur les 8 que compte le monde, la transformation des fruits de baobab se résume au jus fabriqué par des épiciers. Sans une ONG française dénommée Pink forest, personne n’a sérieusement pensé à faire subir de nombreuses transformations aux fruits des baobabs de Madagascar. Ses produits ciblent 3 catégories de clients.

Il y a les professionnels de la restauration, de l’hôtellerie, l’industrie agro-alimentaire et les limonadiers. La poudre naturellement déshydratée de baobab leur est proposée pour la création de jus, de cocktails, de yaourt et de recettes culinaires diverses. La 2ème catégorie de clients est composée des professionnels de la cosmétique qui peuvent utiliser l’huile de graines de baobab pressées à froid. Et la 3ème regroupe est les particuliers qui peuvent essayer la confiture, les savons, l’huile et la poudre de baobab. Ils peuvent aussi approcher l’ONG pour planter des graines de baobab. En Europe, l’Angleterre est le premier pays à être conquis par le baobab. D’après le journal anglais le « Mirror », les ventes de fruits de baobab ont enregistré une hausse de 200% en 1 an en Angleterre. C’est pourquoi ce produit pourrait devenir le super-aliment de 2015 en Europe. Outre ses valeurs nutritionnelles, il a l’avantage de présenter un goût exotique car la saveur de ses fruits sous forme de pulpe blanche farineuse évoquerait un mélange d’ananas et de melon.

En Angleterre, la poudre déshydratée des fruits de baobab sert à faire des smoothies. Elle est utilisée dans la fabrication de yaourts, de céréales pour les petits-déjeuners, de sauces. Et pour une touche acidulée, elle peut être ajoutée aux ingrédients pour des recettes de gâteaux. Et il faut souligner que des marques connues comme Mark & Spencer l’incorporent dans des boissons. D’après Andre Hunt, co-fondateur d’Aduna, une entreprise qui appuie des producteurs africains, et cité par le journal anglais « The independent », l’industrie du baobab pourrait représenter un marché de plusieurs milliards de dollars. De quoi embellir l’économie africaine. Avec ses 6 baobabs endémiques, Madagascar devrait en profiter. Même si le pays est pauvre, il compte des multimilliardaires malagasy. Mais parmi ces derniers, rares sont ceux qui aiment prendre des risques pour investir dans l’industrie, pourtant génératrice d’emplois et de valeur ajoutée et donc de richesses.

Fanjanarivo

La Gazette

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article