Culture du ricin: Pour lutter contre la pauvreté extrême dans le Sud

Publié le par Alain GYRE

Culture du ricin: Pour lutter contre la pauvreté extrême dans le Sud

Publié le jeudi 25 juin 2015

Culture du ricin: Pour lutter contre la pauvreté extrême dans le Sud

La région Sud de la Grande Ile est l’une des régions menacées.

En plus, elle est exposée à diverses menaces à savoir la malnutrition, le réchauffement, l’insécurité,…C’est l’une des régions frappées énormément par la pauvreté, où 97% des Antandroy sont pauvres dont 85% sont extrêmement pauvres selon la récente enquête effectuée par l’Instat.

Faut-il rappeler que malgré l’immense superficie de la région, l’économie locale repose essentiellement sur l’élevage extensif et l’agriculture vivrière de subsistance ? Il en résulte que cette région est sujette à l’insécurité alimentaire chronique. Nombreux sont donc les habitants qui y survivent grâce aux distributions de vivres effectuées fréquemment par les organisations humanitaires. Face à cette dure réalité, de nombreuses personnes ont décidé de se tourner vers la culture des graines de ricin, dont la rusticité leur permet d’être moins tributaires de la pluviométrie.

En fait, la région a un grand potentiel en matière d’agriculture. Mais il suffit de bien choisir le type de culture adaptée à la caractéristique des sols. Sur ce, le Pnud a développé récemment la culture du ricin, comme un moyen pour lutter contre la pauvreté dans le sud de Madagascar. Depuis quelques mois, une grande campagne sur la relance de la production des graines de ricin continue d’avoir lieu dans la région pour lutter contre la pauvreté.

Pour ce faire, 500 producteurs des graines de ricin ont été formés et suivis pour accroître leurs rendements. Ils ont également bénéficié d’équipement et d’intrants agricoles. Parmi eux, 20 ont été formés et équipés pour devenir des paysans-semenciers professionnels. Notons que la gestion communautaire des équipements est un grand pas en avant réalisé face au défi de structuration de la filière locale de la culture de ricin. Ce projet fait la promotion de la pratique du marché inclusif en partenariat avec l’entreprise Philéol qui assure l’achat et la transformation des graines de ricin. Un an après, le revenu des producteurs a augmenté en moyenne de 30%, en grande partie parce que leur perte post récolte à diminuer de plus de 30%.

Après la première année d’exécution dudit projet, le revenu des producteurs a augmenté en moyenne de 30%, en grande partie parce que leur perte post récolte a diminué de plus de 30%. Pour la campagne 2011-2012, la surface moyenne par paysan est de à 0,5 ha pour un rendement de 250 Kg à 300 kg/ha. Et en ce moment, le projet vise à soutenir 5 000 paysans, ce qui veut dire 30 à 50 000 personnes derrière eux qui vont bénéficier de ces appuis à travers des revenus améliorés.

R.Volatsara

http://www.lagazette-dgi.com/index.php?option=com_content&view=article&id=47340:culture-du-ricin-pour-lutter-contre-la-pauvrete-extreme-dans-le-sud&catid=45:newsflash&Itemid=110

Publié dans Economie

Commenter cet article

Yves 18/01/2016 07:47

En parlant de lutte contre la pauvreté , j'ai découvert tout à l'heure, plusieurs moyens pour gagner de l'argent rapidement en ligne, sur le site de Roger de www.gagnersonargent.fr!