Fort Dauphin: Imbroglio autour d’un site stratégique de 400 ha que vise Maurice

Publié le par Alain GYRE

Fort Dauphin: Imbroglio autour d’un site stratégique de 400 ha que vise Maurice

Fort Dauphin: Imbroglio autour d’un site stratégique de 400 ha que vise Maurice

photo TanaNews

A qui les 400 hectares de l’arrière-port de Fort Dauphin ? En visite à La Réunion, le ministre des finances et du développement économique mauricien a révélé ce mardi que des discussions très poussées avec le Premier ministre malgache allaient dans le sens d’un accord offrant à l’île sœur 400 hectares jouxtant le port d'Ehoala à Fort Dauphin. Carrefour stratégique.

Aux côtés du ministre Seetanah Lutchmeenaraidoo, son secrétaire financier Dev Manraj affirmait même que ces "400 hectares ne seraient qu’un début". Pas de doute sur les termes employés. L'Etat "donne" à Maurice le site en contrepartie d'un apport en engineering des industriels mauriciens et d'emplois.

A peine publiée ce matin, cette nouvelle a glacé le géant économique malgache Sodiat. Spécialisé à l’origine, en 1991, dans le domaine du transport, le groupe s’est diversifié dans le domaine de la location de véhicules, du transport de personnes, d'hydrocarbures et de marchandises conteneurisables. Aujourd’hui, il opère même dans le secteur agricole par la plantation, le traitement et l'exportation du litchis de Madagascar. On le retrouve aussi dans le secteur automobile (Toyota, Daewoo).

Les Mauriciens ont-ils parlé trop vite ?

L’un de ses dirigeants, Patrick Grondin, directeur général associé dans la branche santé (assistance sanitaire) du groupe Sodiat (MAM – Madagascar Assistance Médicale) ne peut cacher son étonnement. Frisant l’incident diplomatique…

"Je suis en colère. Comment le ministre des Finances mauricien peut dire que l’Etat malgache va donner à Maurice 400 hectares à Fort Dauphin ? Selon lui, il ne peut être question que du parc Ehoala, une zone d'activité dont Rio Tinto est le concessionnaire. Le "premier lot de 25 hectares est déjà réservé". La commercialisation de la zone prendra entre 10 et 15 ans à l’entendre.

La place est prise

Mais aucune trace officielle des Mauriciens à l’horizon, d'où son étonnement. Et hormis cette zone, "je ne vois pas où les Mauriciens peuvent trouver 400 hectares autour de Fort Dauphin", indique-t-il. Le secteur est déjà pris, peut-on comprendre entre les lignes. Fort Dauphin, c’est avant tout une zone stratégique depuis l’installation du géant minier canadien Rio Tinto qui s’est vu proposer à son arrivée un bail emphytéotique. Patrick Grondin en est sûr, "il n’y a rien de signé entre le gouvernement malgache et le gouvernement mauricien".

Henri Rakotomarsoa est conseiller du ministre malgache de l’Industrie. Nous l’avons contacté à Antananarivo. Il tend à confirmer la version donnée par le groupe Sodiat. "Il y a eu des contacts avec nos homologues mauriciens, des intentions, mais rien de signé". Les Mauriciens ont aussi montré leur intérêt pour l’arrière-port de Tamatave, mais nullement plein sud, à Fort Dauphin. Dans la même logique, le conseiller du ministre "doute de la réalité de pouvoir dégager 400 hectares dans ce secteur, déjà occupé".

La visite officielle du ministre mauricien s’achevait ce soir à La Réunion. L'accord bilatéral qu'il évoquait avec l'Etat malgache pour y implanter une zone industrielle de premier ordre est-il mort-né ?

Mercredi 3 Juin 2015 - 20:14

LG

http://www.zinfos974.com/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article