GÂCHIS DES RESSOURCES EN EAU A MADAGASCAR

Publié le par Alain GYRE

GÂCHIS DES RESSOURCES EN EAU A MADAGASCAR

GÂCHIS DES RESSOURCES EN EAU A MADAGASCAR

Posted on 5 juin 2015 par Mami ANDRIAMAMEHIONY

Madagascar est encore classé parmi les pays où le peuple a une difficulté d’accès à l’eau potable car en effet une personne sur deux n’y a pas accès d’après les statistiques de l’UNICEF alors que seul seul 3% des ressources en eau douce exploitables sont exploitées, encore un des paradoxes aberrants du pays du ravinala, l’arbre à eau.

Madagascar, un pays riche en source d’eau en quantité et en qualité

D’après le forum national des acteurs et des décideurs qui s’est tenu le 4 Juin de ce mois au CCI Ivato, Madagascar dispose de plus de 13 000 milliards de mètres cubes d’eau de source souterraine exploitable dont la quasi totalité finit par se déverser dans la mer chaque année à travers par grands fleuves.

Étant la quatrième plus grande île au monde, Madagascar dispose de 587 040 km² de superficie, riche en biodiversité et en ressources naturelles dont l’eau. La Grande Ile dispose de plus de 10 grands fleuves dont les affluents forment de vrais réseaux qui couvrent la presque totalité de la superficie. Ces derniers sont tous alimentés par des sources souterraines qui sont présents presque partout. Si on a déjà eu l’opportunité de voyager à travers Madagascar, mis à part la partie aride de l’extrême Sud, on constate tout de suite les ruisseaux et rivières qui ruissèlent de partout le long des routes. Des milliers de lacs et de marais mettent en évidence la présence de sources souterraines qui font surface pour alimenter ces derniers, sans parler des nappes phréatiques qui constituent une réserve énorme inexploitée.

Et non seulement notre île a de l’eau en quantité mais aussi qualité. Une eau de source naturelle malagasy est très prisée sur le marché internationale et Grande Médaillée d’or au concours international de qualité. Cette qualité ne se limite pas aux eaux de sources naturelles mis en bouteille mais aussi à beaucoup de sources à travers la Grande Île. En effet, un consultant international qui a travaillé de très près avec l’ANDEA (Autorité Nationale de la Département de l’Eau et de l’Assainissement) pour recenser les sources et ressources en eau a avancé que la plupart des sources qu’il a testées ont une très bonne qualité à tel point qu’elles peuvent rivaliser avec celles des sources de montagne qui sont déjà mises en bouteille.

GÂCHIS DES RESSOURCES EN EAU A MADAGASCAR

Carte Hydrographique de la région Androy

Carte Hydrographique de la région Androy réputée comme aride cependant des cours d’eau permanents y ruissèlent

Pénurie en eau et difficulté d’accès à l’eau potable

Malgré toutes ces ressources qui sont énormes en eau, Madagascar fait encore partie des pays où la population a une très grande difficulté d’accès à l’eau surtout à l’eau potable. L’eau reste encore une denrée rare dans certaines régions de l’île.

Dans le Sud de Madagascar, 200 000 personnes ont été cette année touchées par la famine dû à un manque d’eau pour faire pousser la culture. Sans parler de la pénurie en eau potable qui les oblige à boire l’eau des flaques boueuses après le passage d’une pluie rare ou d’aller chercher de l’eau à des kilomètres à pied sous un soleil de plomb. Cela fait trois ans que ce problème s’est aggravé d’année en année. Les gens ont faim, leurs réserves s’épuisent, c’est la paupérisation générale, et tout ça, du à la pénurie en eau.

Cette difficulté d’accès à l’eau ne concerne pas que la population dans les régions aride, mais elle touche aussi, et surtout la population des grandes villes. Une personne sur deux a accès à l’eau potable dans les grandes villes, surtout à la capitale, Antananarivo. Il est invraisemblable de penser à cela mais seul moins d’un quart des ménages ont accès à l’eau courante à domicile et les infrastructures de la compagnie d’eau datent déjà et commence à dysfonctionner à tel point que les coupures se font de plus en plus fréquents. Les bornes fontaines publiques sont bondés dès deux heures du matin, on peut y voir une très longue file de bidons jaunes avec lesquelles les ménages s’approvisionnent quotidiennement en eau, et l’attente peut durer plusieurs heures avant qu’un ménage puisse avoir sa ration journalière.

Pénurie en eau: mauvaise gestion mais pas fatalité

Le commun du public pense que les problèmes en eau à Madagascar est une fatalité due aux conditions climatiques de certaines régions, ou bien aux manques de moyens matériels cependant il n’en est rien. Dans d’autres pays plus arides, la population a plus facilement accès à l’eau potable grâce aux infrastructures mis en place et c’est le cas des pays du proche et moyen orient. On pourrait être tenté de penser que cela serait du au fait que ces pays disposent actuellement de grands fonds pour mettre en œuvre ces infrastructures d’exploitation d’eau, mais gardons tout de même en esprit que bien avant leur essor politique avant la grande révolution de l’or noir, ils ont pu survivre et exploiter efficacement leur ressource en eau bien plus minimes que les nôtres dans nos régions les plus désertiques. D’autres pays de l’Afrique, sur la même échelle que nous en terme de développement économique ont pu remédier à leur mal de manque d’eau potable en déployant des systèmes comme des usines de désalinisation construites avec des container et des pièces de récupération. Il ne reste plus que la mauvaise gestion des ressources alors qui peut expliquer le cas actuel dans lequel on est.

« De la vision à l’action », tel est le thème sous lequel a été placé la semaine de l’eau de cette année. Jeunes et journalistes se sont concertés hier afin de faire des échanges et des concertations sur les aspirations nationales concernant la GIRE (Gestion Intégrée des Ressources en Eau). Selon Jean Harivelo Rakotonirina, les eaux souterraines représentent 95% de l’eau douce sur terre alors leur exploitation génèrerait de grands bénéfices; cela permettrait non seulement d’éradiquer le problème d’accès en eau potable mais aussi de générer des profits dans des secteurs de développement clés comme l’agriculture et l’élevage.

La vie de tous les jours du malgache n’est pas facile, d’autant plus l’accès à l’eau potable pour les besoins journaliers peut se transformer en un vrai marathon que le malgache doit faire quotidiennement. L’eau, denrée vitale et indispensable dans la vie de tous les jours; l’eau, élément indispensable pour les productions agricoles et fermières, elle est cependant disponible en abondance à Madagascar mais reste toujours inexploitée, par incompétence ou se pourrait-il y avoir une autre raison.

http://www.mg-planet.com/

Publié dans Santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article