Parc Naturel de Makira: Le top des nouvelles aires protégées à Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Parc Naturel de Makira: Le top des nouvelles aires protégées à Madagascar

Publié le mardi 2 juin 2015

Parc Naturel de Makira: Le top des nouvelles aires protégées à Madagascar

Le parc naturel de Makira est la première des 95 nouvelles aires protégées à Madagascar.

Il est devient la clé pour la conservation de la faune régionale, le développement durable, et de la séquestration du carbone. Inauguré officiellement la semaine dernière sous la présence du gouvernement malgache, WCS, et d'autres partenaires, le parc Makira naturel abrite 20 espèces de lémuriens et de plus de 50 % de la biodiversité des plantes de Madagascar.

A cette occasion, Ralava Beboarimisa, ministre de l'Environnement, de l'Ecologie, les océans et les forêts a affirmé lors de son allocution que « le Parc Naturel de Makira, que nous inaugurons aujourd'hui est la première d'un réseau de nouvelles aires protégées créées dans le cadre de la vision du gouvernement de Madagascar pour étendre le système des aires protégées à Madagascar pour couvrir plus de 6 millions d'hectares ». Et d’ajouter qu’ « avec sa vaste étendue et de la biodiversité exceptionnelle, Makira Parc apporte une contribution majeure non seulement pour la conservation de la biodiversité unique de Madagascar, mais aussi à l'amélioration de l'environnement socio-économique des communautés environnantes ».

Sachant que le Parc Naturel de Makira couvre un total de 372 470 hectares, représentant la plus grande bande de basse et moyenne altitude la forêt tropicale sur l'île. Ainsi, il protège également quatre espèces de lémuriens en danger critique: l'Indri; le Sifaka soyeux, le lémurien rouge huppée, et la huppée lémur noir et blanc.

Ainsi, ce parc est géré en collaboration avec les communautés locales et en plus des activités de conservation, WCS travaille en étroite collaboration avec 67 associations communautaires autour du Parc représentant une population d'environ 48.000 personnes. 335 173 hectares supplémentaires qui entourent le parc sont sous la gestion directe de ces communautés locales à travers des contrats de gestion des ressources naturelles qu'ils ont signés avec le gouvernement. Ces communautés sont les points pour une gamme d'activités de soutien au développement menés par WCS y compris les activités d'éducation et de santé, le soutien à l'amélioration de la production agricole, le développement basé écotourisme communautaire entrée, et un accès accru aux marchés internationaux pour la vanille, le cacao, le raphia, et les gousses qui sont produits autour du Parc.

Makira est également un projet novateur REDD + pour générer des sources de financement durables grâce à la vente de crédits de carbone. Entre 2005 et 2013, autour de 1,8 millions de crédits de carbone ont été générés. Six des ventes de carbone ont été conclus par le gouvernement malgache sur le marché volontaire entre décembre 2013 et Avril 2015, et 50 % du revenu net de la vente de crédits carbone sont prévus pour la mise en œuvre des activités de développement par les communautés locales.

« Bref, ceci est un grand pas en avant pour la conservation à Madagascar. Après des années d'efforts, ce paysage remarquable a émergé comme un modèle pour équilibrer moyens de subsistance durables et la conservation de la faune, l'une que nous espérons que d'autres pays vont suivre », a déclaré Joe Walston, vice-président WCS pour la conservation champ.

R.Volatsara

La Gazette

Publié dans Tourisme

Commenter cet article