Conte: La graine qui parle

Publié le par Alain GYRE

La graine qui parle

Conte: La graine qui parle

Les anciens, dit-on, vivaient là, ils vivaient là, héééé ! Dans le village où ils vivaient, il y avait un homme célèbre et très vieux ; il était pêcheur. Tout le monde le connaissait. Il habitait là avec ses petits-fils et avec sa femme.

Un jour, tôt le matin, il partit à la pêche. Arrivé là, près de la rivière, il longea la rive, il marchait, marchait, marchait. Soudain, il aperçut une petite graine en difficulté, emportée par le torrent ; celle-ci l’interpella et l’implora :

“Hééé ! Hééé ! S’il vous plaît, l’homme, aidez-moi à me sortir de cette eau”.

Le vieil homme, surpris, murmura : “ Ce n’est pas possible ! Une graine qui parle ! Je n’en crois pas mes oreilles !”

La graine continuait toujours à lui adresser la parole :

“Si tu peux me sauver, demain, je te récompenserai”.

Sans hésitation, car il était généreux, le vieil homme la sortit de l’eau et la mit dans son panier.

Aussitôt après, il décida de rentrer chez lui mais en attendant, il fit un saut à son champ, et prit du manioc pour le repas du midi.

Tout en creusant pour chercher le manioc, le panier se renversa et la petite graine se mêla avec la boue. Une fois le panier rempli, il s’empressa de retourner chez lui sans souci. Il pensait que la graine était toujours à l’intérieur de son panier.

Alors, à la maison, au beau milieu du repas, il raconta à sa femme son aventure en détail.

Celle-ci, piqué par la curiosité et intriguée, lui dit :

“Montre-moi cette graine étrange”.

Quelle fut la déception du vieillard quand il vit que le panier était vide ! La petite graine avait disparu et le vieux pêcheur fut vraiment désolé. D’ailleurs, ce jour-là, il pleuvait très fort, très fort, et la graine s’enlisait dans la boue. Au bout de quinze jours il retourna à son champ et il vit une petite pousse qui se dressait là. Il lui dit :

“ Il y a une nouvelle !

Il y a une nouvelle !

Regardez en haut !

Regardez en bas !

A ce moment-là, l’homme lui déclara :

“ Toi, si tu veux apporter à moi et à ma famille le bonheur et la santé, et bien parle “.

Immédiatement, elle reprit parole alors qu’elle n’était qu’une petite pousse :

“ Je suis ce qu’on appelle la plante ou l’arbre, et me voici maintenant arrivé au terme de l’enquête pour savoir et comprendre ce que c’est l’homme. Si vous savez m’entretenir, je vous apporterai le bonheur. Je suis la petite graine que tu as sauvée de la noyade. Ecoute bien ce que je te dis :

- Avec mes feuilles, je te donnerai de l’ombre.

- Sous mon pied ou avec mes racines, il y a des vers de terre qui sont contents de leur vie.

- Avec mon tronc et mes branches, tu peux faire et avoir beaucoup de choses telles que du charbon, du bois de chauffage, des planches, etc...

- Avec mes fleurs, tu auras du parfum.

- Avec mes fruits, toi, ta famille et tes descendants vous serez servis ainsi que d’autres animaux ”.

En considération de ce qu’il avait entendu, l’homme mit la plante en sécurité. Au bout de quelques années, l’arbre de bonne volonté adressa ces dernières paroles à l’homme :

“ Eh toi, l’homme, tu peux fabriquer une barque ou une pirogue avec mes descendants et aussi un cercueil pour te protéger dans ta tombe. De plus, apprenez à vous multiplier, c’est à toi de me suivre car je n’ai pas eu plus de quatre enfants et pourtant, nous sommes partout dans le monde ”.

Un jour, l’homme fabriqua une pirogue qui lui permit de traverser l’eau.

Et l’arbre dit encore ceci :

“ Et vous, hommes, femmes, enfants, tout le temps vous voyez une pirogue qui traverse la rivière ou la mer, mais elle ne laisse pas de trace.”

Par-là, l’arbre voulait faire savoir à l’homme comment mener vie. La vie est possible grâce à la nature, c’est à dire tout ce que nous voyons autour de nous. C’est pourquoi nous devons protéger la nature, car jusqu’à aujourd’hui l’arbre rend toujours service à l’homme.

Contes, contes ! Sornettes, sornettes !... Ce n’est pas moi qui mens, mais les gens qui nous l’ont transmis.

Extrait de La femme qui a des ouïes et autres récits de la tradition orale malgache, Anthologie, Editions K’A, 2008

Publié par Jao Malaza le 31 Juillet 2015

Jao Malaza

Lemurie

Publié dans Contes, Contes sur la toile

Commenter cet article