Conte: Les origines mythiques du riz dans le Sud

Publié le par Alain GYRE

Les origines mythiques du riz dans le Sud

Rizière à Anjozorobe

Rizière à Anjozorobe

« La Famine sévit durement dans la région. Les pêcheurs n'arrivaient plus à avoir des bonnes prises suffisantes pour le petit Royaume ; les pluies cycloniques inondaient les cultures et arrachaient par la furie de leurs eaux ruisselantes des hautes montagnes le peu de cultures... La Famine avait été baptisée "Ramamo ou ivresse... Allusion à cet état de prostration pathologique caractéristique des effets de la malnutrition aggravée sur l'organisme ?

...Ivre de pauvreté... Ivre de fatigue... ivre de désespoir. Telle était la sinistre victoire de la famine Ramamo sur la côte littorale. Il était une fois.... la Famine... kere... »

C'était l'époque où l’Humanité parlait encore avec les océans et murmurait avec les esprits des forêts... Les fleuves avaient leurs maîtres et esprits des eaux et parfois le ciel lui-même envoyait des signes aux hommes... Mais la famine refusait de quitter les villages... les enfants fatigués ne pleuraient plus... les hommes maudissaient les arbres qui ne donnaient plus de fruits... les femmes chantonnaient dans les soirs pluvieux des berceuses pour calmer leur bébé... les soldats furieux et impuissants face à cet ennemi invisible et impitoyable insultaient, impuissants, les cieux et plantaient rageusement leurs sagaies dans le sable, par colère.... Une idée dangereuse et criminelle germa même quand un village sut qu'ailleurs à l'Ouest, là-haut dans les cimes, "Ramano la Famine n'existait pas". Fallait-il voler les voisins ? L’orgueil des Princes et des peuples parfois les poussaient à faire la guerre pour du riz, au lieu de mendier et quémander à manger.

Mais une solution magique sembla poindre, prenant la forme d'une rumeur de village, une rumeur qui arriva aux oreilles du Prince Paysan soucieux d'éviter une guerre pour pouvoir rassasier son peuple. C'était un devin qui prêchait dans les villages qu'il avait eu un rêve prémonitoire (nisy nanindry aho... un esprit m'avait écrasé durant mon sommeil). Le Prince fit venir le Devin. Celui-ci le conseilla en ses termes :

"Il vous faut sacrifier celui ou celle que vous aimez le plus au monde et cette famine sera vaincue" affirma le devin.

"Pour mon petit Royaume terrassé par Ramamo la cruelle famine... je sacrifierai moi-même ma vie" s'engagea le Prince Paysan.

"Non, refusa le Devin, vous devez ensevelir vivant votre fils unique. Sa mort sera la garantie de Vie du Royaume (ny maty no hitondra ny aina sy ny velona)."

Le Prince enterra vivant son fils unique et fit élever en son nom une statue sculptée en bois de Varongo (bois imputrescible).

Quelques mois plus tard, sur le lieu où était enfoui le petit Prince, une touffe de plante inconnue poussa. Le Devin, de nouveau, exhorta le Prince Paysan à replanter les grains de cette végétation inconnue : C’était le riz.

En souvenir du petit Prince enterré vivant pour lutter contre la disette Ramamo, à chaque récolte de riz, les paysans Malgaches doivent donner les prémisses aux rois et aux ancêtres.

Conclusion : Les origines mythiques du Riz, d'après les Antemoro, c'étaient chez eux, dans leurs belles vallées.

Source: http://bekotopaysans.blogspot.com/

Publié par Jao Malaza

Lemurie

Publié dans Contes, Contes sur la toile

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article