Conte: Tretriky (La princesse faite esclave 2)

Publié le par Alain GYRE

Tretriky

Conte sakalava du Menabe

La fille unique d’un roi trouve en jouant sur la plage un œuf énorme. Malgré les avis de ses conseillers, le roi décide de garder cet œuf, comme jouet pour sa fille, et de le faire couver. Il en sort une bête qui épuise rapidement toutes les possibilités de nourriture du village. Le roi est contraint de lui donner à dévorer l’un après l’autre tous les quartiers du village. Quand il ne reste plus que le propre quartier du roi, celui-ci, qui s’est enfin aperçu de son imprudence, comprend que le monstre ne laissera rien et le dévorera à son tour, mais il veut au moins sauver sa fille.

Il l’envoie donc au loin, chez un autre roi, couverte de bijoux et accompagnée d’une esclave. En chemin, celle-ci exige pour porter la princesse qu’elle lui donne l’un après l’autre tous ses bijoux, puis elle la couvre de boue. Mais elle n’a pas découvert un bijou d’or et un bijou d’argent que la princesse portait cachés dans ses tresses. quand elles arrivent chez le roi lointain, l’esclave se fait passer pour la princesse et le roi l’épouse tandis que la vraie princesse devient esclave. Allant jouer avec les petits esclaves, elle sème ses bijoux qui deviennent des arbres d’or et d’argent. Malgré les défenses de la fausse reine, elle se baigne en compagnie des petits esclaves qui remarquent sa beauté. Tout cela intrigue les gens qui n’osent cependant rien dire encore. On l’envoie garder le riz contre les oiseaux : elle se fait reconnaître par un chant. Le roi, prévenu, se déplace pour écouter lui-même le chant. La fausse reine tente d’impressionner le peuple en simulant une séance de possession (tromba) et en revendiquant les arbres d’or et d’argent plantés par la véritable princesse. Le roi organise une épreuve et seule la vraie princesse se montre capable de récolter les feuilles d’or et d’argent.

La vraie princesse est alors fêtée, et c’est là l’origine de la coutume de la « fête de purification » (hifikifiky). Elle épouse le roi et l’esclave redevient esclave

 

Un conte de fées malgache : la princesse faite esclave

Par Noël Jaques Guenier

Commenter cet article