Groupe Socota: Des nouveaux marchés jusqu’en Australie !

Publié le par Alain GYRE

Groupe Socota: Des nouveaux marchés jusqu’en Australie !

Publié le vendredi 14 août 2015

Groupe Socota: Des nouveaux marchés jusqu’en Australie !

« Nous avançons très vite dans ce métier (celui du textile et de l’habillement).

En 2015, nous allons faire un bond spectaculaire avec une hausse de 25% de notre chiffre d’affaires. C’est grâce à notre compétitivité et à notre percée sur de nouveaux marchés ». Le PDG du groupe Socota, Salim Ismaïl s’est exprimé ainsi à l’issue de la visite d’usines de ce groupe effectuée par Narson Rafidimanana, ministre de l’Industrie et du Développement du secteur privé, hier à Antsirabe. Malgré les longues années d’inéligibilité de Madagascar à l’AGOA, le groupe s’est donc déployé et perce maintenant sur le marché australien en approvisionnant des grandes marques comme RM Williams et David Jones racheté par le groupe Woolworths. Il réussit également à se faire de nouveaux clients en Europe et en Afrique du sud. Et grâce à la récente rééligibilité de Madagascar à l’AGOA, le groupe envisage d’exporter de nouveau sur le marché américain à partir de début 2016. Ce qui veut dire qu’il continue à investir et par la même occasion, il crée des emplois. Ces deux points sont parmi les plus essentiels pour générer de la croissance et lutter contre la pauvreté.

En matière d’emplois, Socota continuera à en créer pour passer de 6 000 actuellement à 10 000 emplois pour la période 2016-2017. Le PDG du groupe précise qu’un emploi direct génère un emploi induit et que si un salarié fait vivre 5 personnes, le groupe touchera bientôt 100 000 personnes dans la zone d’Antsirabe. Le ministre apprécie beaucoup les contributions de Socota dans le secteur de l’emploi décent, c'est-à-dire assorti de bonnes conditions dont les barèmes des salaires suivant les textes en vigueur, des infrastructures comme les cantines… Il remarque également les performances du groupe en termes d’investissement et de production et ce, malgré que le pays ait perdu auparavant son éligibilité à l’AGOA. Il félicite ainsi le PDG de Socota pour sa vision et son opiniâtreté. Ce dernier relève, de son côté, que son groupe est un modèle de business qui peut être répliqué dans le pays. Sinon, le ministre reconnaît qu’on n’a pas tellement avancé mais que du côté du secteur privé, des avancées sont notées. Dans ce cas, le rôle de l’Etat, à son avis, est de créer un environnement propice au secteur privé. D’où la mise sur pied de la plateforme de dialogue public/privé depuis quelques mois.

Cette plateforme a permis de sortir le décret d’application de la loi 2008 sur les entreprises et les zones franches. Il a fallu donc 7 ans pour cela. Le PDG de Socota souligne que ce décret devrait mettre un terme aux différentes interprétations des textes.

Fanjanarivo

http://www.lagazette-dgi.com

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article