Le poète et la beauté - Edmond RANDRIAMANANJARA

Publié le par Alain GYRE

Le poète et la beauté

Quand je n’étais que songe dans la pensée de l’homme,

Quand je n’étais que fluide dans le ventre d’une mère

Que déjà j’entendais ton appel qui m’invitait

O ! Déesse du CHANT et déesse du VERBE.

Quand le monde n’avait encore une existence

Et les yeux verront et mes oreilles entendront

Quand tout n’était qu’IMAGES et VOIX dans ton esprit…

Déjà nous partagions nos secrets et longuement nous nous parlions.

Quand ces milliers d’étoiles n’étaient que marécage

Et le jour de ma naissance, n’était que l’ombre d’un désir

Quand déjà tu avais emmené mon esprit et tu l’avais plongé

Plongé et replongé sept fois avant de l’en retirer pour faire de moi un « Poète ».

Et tu m’avais alors dit : « Va et crée !

Va chercher et libérer la déesse emprisonnée,

Attachée quelque part et trahie car

D’elle nous sommes issus, elle est la BEAUTE ».

C’est cet instant, sans doute, qui fut notre ultime rencontre

O ! Déesse du VERBE et déesse du CHANT,

Et j’ai quitté le ventre qui me considérait comme sa félicité

Le monde alors m’invita : « Entre » !

Depuis lors, j’ai vécu ici le temps et l’espace

Comme une coquille qui avait renfermé tout ce qui est matériel.

Et le jour avec sa beauté, la nuit avec sa parure

Sont toutes des images qui ont charmé mon Amour !

Qui est la BEAUTE ?

Le Poète est perplexe.

Est-ce ce qui est en moi ou ce qui est hors de moi ?

Est-ce cette nature ou cette jeune fille

Dont la silhouette change en force sa fragilité ?

Ou leurs ombres que j’avais déjà ressuscitées

Par le souffle du Verbe et le souffle du Chant ?

Car je m’étais servi et de ma force et de mon esprit pour fouiller

Tout ce qui est en moi et ce qui est au loin jusqu’au Nadir.

Pourtant…

--Mon bien aimé, écoute ! L’Univers parle :

« Ta beauté n’est qu’un dieu façonné »

Un dieu façonné comme celui qui a créé la terre

Car c’est l’esprit d’un artiste qui l’a imaginé,

Cet esprit d’artiste devant sa création

Qui a imaginé un créateur pour le commencement auquel il n’a pas assisté.

Je suis la Beauté : moi que tu as créée,

Je suis celle que tu honores, devant qui tu te prosternes

Je suis ce qui existe

pourtant, hélas

je n’existe que par ce qui existe.

Le monde du dehors, ne voila-t-il pas que tu le fais entrer

Comme monde limité dans ton crâne :

Devenu forces contraires, Voix, Images qui s’opposent…

Et où dans cela, où donc est notre déesse

La beauté, la Beauté

cette illustre enchaînée ?

O Poète chéri ! Va et aime te dis-je pourtant

Car la Beauté : c’est ton ombre indestructible,

C’est ton ombre en quête « d’une forme pour incarner ton visage »

Mais dès que cela fut réalisé, voilà que tu enes étonné

Comme une autre existence, nouvelle et belle

Pourtant, « c’est ton aspect perpétuellement changeant

Selon le corps, le temps et le lieu.

Le monde intérieur, le monde qui t’environne »

Et…

Allons créer un être qui nous ressemble

à notre image :

La BEAUTE !

1er mai 1962

Poèmes de braise, p. 113-115

Ny poeta sy ny hatsarantarehy

Fony izaho mbola nofy tao an-tsain’ny lehilahy,

Fony izaho mbola rano tao am-bohoky ny reny

No efa henoko sahady ny antsonao nitarika ahy

Ry andriamanitry ny HIRA sy andriamanitry ny TENY§

Raha mbola tsy « fisiana » no an’izao tontolo izao

Fa ny masoko hahita sy ny sofiko handre

Mbola SARY sady FEO tao an-eritreritrao…

Dia efa niombon-tafa isika ka niresaka elabe.

Fony mbola heniheny irony kintana alinalina

Ary ny andro izay hisiako, mbola velon-ketaheta…

No efa nentinao ny saiko sy narobokao ny lalina

Dia nasaikanao impito vao navoaka ho « Poeta ».

Ary, hoy ianao, niloaka : « Mandehana, mahefà !

Andeha rantovy ka vahao ny andiamanitra mifehy,

Ilay mifatotra any ho any sy nosolokina fa

Izy no nipoirantsika, dia ny HATSARANTAREHY !.

Izay fotoana izay, angamba, no nihaonantsika farany,

Ry andriamanitry ny TENY sy andriamanitry ny HIRA,

Dia nilaozako ny kibo niantso ahy ho hasambarany,

Izao tontolo izao kosa nampandroso hoe : « Midira » !

Hatreo no niainako tetoana ny fotoana sy habakabaka

Ho toy ny akora izay mambomba ny ara-batana tontolo :

Ary ny andro sy hasoany, ary ny alina miravaka,

Samy andrika namabo ilay fitiavako daholo !

Iza no HATSARANTAREHY ?

Inty, vaka ny Poeta.

Moa ny ato anatiko ato sa ny eny ivelany eny ?

Va iretsy zavaboahary sa izatsy zazavavy

Ami’izato bika loatra maha « hey » ny halemeny ?

Sa ny avelon’izy ireny efa novelomiko avy

Tamin’ny fofonain’ny Teny sy ny fofonain’ny Hira ?

Fa na heriko na saiko samy nentiko nihehy

Ny tato anatiko rehetra sy ny lavitra andakira !

Nefa…

-- Ry malalako ô, henoy ! Miteny izao tontolo izao :

« Andriamanitra tefena » ny « Hattsarantarehinao »,

Andruamanitra voatefy tahaka ilay nanao ny tany

Fa fisainab’ny mpahay no nanakatra an’izany.

Ilay fisainan’ny mpanefy nanoloana ny asa vitany

Dia nanangana mpamorona ho an’ny fiandohan-tsy hitany.

Izaho no Hatsarantarehy : izaho noforoninao.

Izaho izay nasandratrao, izaho iankohofanao ;

Izaho ; dia ny misy

kanjo, indrisy

fa tsy misy

raha tsy miaraka amin’ny misy.

Izao tontolo izao ivelany, indro fa naiditrao

Ho izao tontolo izao mifetra anaty karandohanao :

Tonga hery nifamaho. Feo, Sary mifanika…

Ary aiza ko aiza ao, aiza ny andriamanitsika

Dia ny Hatsarantarehy, dia ny Hatsarantarehy

ilay mpifatotra malaza ?

O Poetakp malala ! ho’aho anefa, ndeha mitiava

Fa ny Hatsarantarehy : dindonao tsy mety rava,

Alokao mitady « zavatra hotafina ny endrikao »

Saingy nony efa izany, indro, nahagaga anao :

Toa fisiana hafa indray, vaovao sy mahafinaritra

Kanjo io ilay « endrikao miovaova tsy maharitra

Arakaraka ny vatana, fotoana sy ny toerana.

Izao tontolo izao anaty, izao tontolo izao manerana ».

Ary…

Andeha isika hamorona olona tahaka antsika

Araka ny endritsika :

Ny HATSARANTAREHY !

1 may 1962

Vainafo tononkira, p. 113-115

Edmond RANDRIAMANANJARA

(RANDJA ZANAMIHOATRA)

Six Poètes Malgaches

Textes malgaches choisis et traduits par

François-Xavier RAZAFIMAHATRATRA

Commenter cet article