Réparations des ponts sur la RN4: Une aubaine pour les riverains

Publié le par Alain GYRE

Réparations des ponts sur la RN4: Une aubaine pour les riverains

Publié le mardi 18 août 2015

Les constructions des ponts sur la route nationale 4 qui relie Antananarivo à Majunga avancent lentement malgré les périodes de vacances qui font augmenter le nombre de voyageurs empruntant cette route.

Réparations des ponts sur la RN4: Une aubaine pour les riverains

Deux des plus grands ponts de Madagascar, à savoir le pont de la Betsiboka et celui de Kamoro, le fameux pont suspendu se trouvent sur la RN4, deux ponts qui datent des temps coloniaux et ils sont actuellement en pleine construction à cause de leur vétusté. Les grandes constructions de ce genre prennent beaucoup de temps, si on considère juste la taille énorme des pièces qu’il faut changer. Du coup, les circulations sur ces ponts sont règlementées surtout sur celui qui traverse le grand fleuve de Betsiboka. Ces ponts ne sont franchissables qu’entre midi et 14 heures pour la journée, temps de pause des ouvriers, et à partir de 19 heures jusqu’à 5 heures du matin pour la nuit. Mais la majorité des voyageurs préfère le voyage en journée pour profiter de la beauté du paysage et pour des raisons de sécurité également. Le nombre de voyageurs, la fermeture de la circulation…ces paramètres créent un embouteillage sur la route nationale surtout entre 11 heures et midi et à partir de 17 heures. Des centaines de voitures venant des deux côtés attendent l’ouverture de la circulation en faisant la queue durant des heures de peur de rater cette ouverture et de devoir attendre 6 heures pour la prochaine. Mais cette attente n’est pas passée inaperçu par les habitants des villages avoisinant car petit à petit, des petits marchés se sont formés au bord de ces routes devant les ponts de Betsiboka et de Kamoro. Vendeurs de fruits, gargotes, boutiques de souvenirs, service de lavage…des personnes qui trouvent des bénéfices dans cette nouvelle culture qui risque de durés assez longtemps à cause de l’état de ces ponts. Mais voyons le bon côté des choses, le prix des produits locaux est moins cher sur ces zones et de plus, cette aventure fait partie des vacances, comme le dit une bonne réplique d’un célèbre film « La vrai destination, c’est la route ».

Berado

http://www.lagazette-dgi.com

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article