Capitale de la foi

Publié le par Alain GYRE

Capitale de la foi

Rédaction Midi Madagasikara 17 septembre 2015

Capitale de la foi

Mahajanga en 1998, Antsirabe en 1999, Fianarantsoa en 2001, Antananarivo en 2004, Toamasina en 2006, Toliara en 2009, Antsiranana en 2012. Fianarantsoa a été choisi pour la deuxième fois pour abriter le grand rendez-vous des jeunes catholiques des quatre coins du pays. Des dizaines de milliers de jeunes sont déjà arrivés. La ville s’est organisée logistiquement et matériellement pour l’événement. Sous le thème « Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu! » Mat 5(8), les huitièmes Journées mondiales de la jeunesse ou JMJ Mada 8 dureront jusqu’au 20 septembre.

Capitale de la foi

Les Journées Mondiales de la Jeunesse organisées par l’Eglise catholique existent depuis 1984. L’initiative revient au Pape Jean-Paul II qui en a célébré de nombreuses. Elles sont l’occasion de rassemblements de jeunes catholiques venus du monde entier pour prier, se rencontrer, célébrer ensemble, se former, témoigner de leur foi. En 2013, les JMJ se sont déroulées au Brésil du 23 au 28 juillet et c’est le Pape nouvellement élu, François, qui les a présidées. En 2016, elles auront lieu à Cracovie en Pologne. La préparation de cette célébration mondiale de l’année prochaine figure dans le programme des JMJ Mada 8. Des jeunes catholiques malgaches seront présents à ce rendez-vous mondial. Comme l’avais déjà souligné, le père Aumônier Jean Luc Ratovonjanahary, « La JMJ n’est pas seulement une rencontre. Les jeunes y apprennent à vivre avec les autres et à connaître d’autres cultures. C’est aussi l’une des meilleures occasions pour savoir comment prendre une responsabilité au sein de la société. La consolidation de la foi n’y est pas non plus en reste. Bref, il faut vivre cette expérience pour connaître le bonheur, autre que le terrestre ». Le programme prévoit le passage des reliques de trois bienheureux à Fianarantsoa, celles de Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de ses parents, Louis et Zélie Martin. Le principe d’attribution de la vénération des reliques des personnes ayant été béatifiées suivi par l’ECAR montre qu’elles existaient réellement et que leur vécu serve d’exemples concrètes à la génération future. Ayant été reconnu par la communauté de l’église catholique romaine pour avoir exaucé un miracle sur une petite fille, dénommée Carmen, en Espagne, cette année, les parents de la Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus seront béatifiés lors du synode sur la famille, au mois d’octobre prochain à Rome. Atteinte d’une hémorragie cérébrale très grave, qui aurait pu entraîner des dommages irréversibles, Carmen est définitivement guérie suite à une prière intense adressée à Louis et à Zélie Martin, prononcée par ses parents. La ville de Fianarantsoa sera pour quelques jours la capitale de la foi de la jeunesse catholique. Les jeunes ne manqueront pas d’entrevoir leur avenir dans ce pays où ils sont incontournables pour la construction d’un lendemain meilleur.

Zo Rakotoseheno

http://www.midi-madagasikara.mg/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article