Proverbes: I Sur les hommes en général

Publié le par Alain GYRE

OHABOLANA, ou PROVERBES MALGACHES

J.A. HOULDER

TRANO PRINTY

Imprimerie Luthérienne Tananarive

1960

 

I Sur les hommes en géhéral.

1 - Ny olombelona mora soa sy mora ratsy.

Les hommes peuvent être facilement bons comme ils peuvent être facilement mauvais ; se dit aussi de la bonne et la mauvaise santé.

2 - Ny olombelona tsy fo vato, fa foemboka.

Le cœur de l’homme n’est pas de pierre mais de résine.

C’est-à-dire consolable ; la résine brûle et se dissipe en fumée.

3 -  Ny olombelona tsy ny amalona an-drano ka be siasia.

Les hommes vont de-ci de-là comme les anguilles dans l’eau.

      C’est-à-dire ils errent, se trompent.

4 -  Ny olombelona tsy main-tsy lena.

Les hommes ne sont ni secs ni mouillés.

      C’est-à-dire ni vraiment bons ni tout à fait mauvais.

5 -  Ny olombelona voatr’ampangoro, ka mifandimby ambony sy ambany.

Les hommes sont comme le riz qui bout dans la marmite, ils sont tantôt en haut, tantôt en bas.

6 -  Ny olombelona tsy ary mitovy.

Tous les hommes ne sont pas faits de la même façon.

7 - Ny olombelona tsy miditra am-pitarihan-tokana.

Tous les hommes ne suivent pas le même chemin.

8 - Ny olombelona tsy ny omby : indray mandry, fa tsy indray mifoha.

Les hommes sont comme les bœufs : ils se couchent ensemble, mais ne se lèvent pas tous en même temps.

      Chacun vaque à ses propres affaires.

9 - Ny olombelona fandrin-drano, ka tsy misy avo sy iva.

Les hommes sont pareils à la surface d’une eau tranquille, il n’y a ni haut ni bas.

      Ils ne sont niplus ni moins que des hommes.

10 - Ny olombelone toy ny molo-bilany, ka iray mihodidina ihany.

Les hommes sont comme le bord d’une marmite, ils ne forment qu’un seul cercle.

11 - Ny olombelona hoatra ny ladim-boatavo, ka raha fotorana, iray ihany.

Les hommes sont comme les ramifications de la tige des courges, au fond il n’y a qu’une seule tige.

12 - Ny olombelona toy ny embok’ akondro : raha manondro ny lanitra, iray ihany ; fa raha miondrika, samy manana ny lafiny.

Les hommes ressemblent aux fleurs du bananier : quand elles sont encore dirigées vers le ciel, elles paraissent ne former qu’un seul tout, mais quand elles s’inclinent, chacune occupe sa place propre.

13 - Tsihy be lambanana ny ambanilanitra.

Ceux qui sont sous le ciel (les hommes) forment une grande natte.

      C’est-à-dire sont solidaires.

Publié dans Proverbes

Commenter cet article