Trafic de personnes : Une centaine de jeunes femmes interceptées hier par la B

Publié le par Alain GYRE

Trafic de personnes : Une centaine de jeunes femmes interceptées hier par la BC

Rédaction Midi Madagasikara 26 septembre 2015

Trafic de personnes : Une centaine de jeunes femmes interceptées hier par la B

Un grand coup de filet a été réalisé hier par les éléments de la Brigade Criminelle (BC).

« Nous avons reçu des renseignements concernant le recrutement de jeunes femmes à destination de l’Arabie-Saoudite. Avec un mandat de perquisition décerné par le parquet, nos hommes ont fouillé le domicile d’un ex-membre du congrès de la transition (CT) à Mahazoarivo », nous a expliqué le Commissaire Jean de Mahata, Chef de Service des Affaires Criminelles (SCAC) à la Police nationale. La perquisition a réservé une grande surprise pour la BC. Une centaine de jeunes femmes et quelques jeunes hommes ont été retrouvés dans le domicile en question. Ils ont été amenés à bord de camion et de cars des forces de l’ordre dans les locaux de la BC à Anosy pour un examen de situation.

Ancien ministre et ex-CT. Dès hier, un ancien ministre de la Transition et un ex-CT ont été entendus par les enquêteurs qui n’ont pas perdu du temps. Secret de l’enquête oblige, rien n’a filtré de ces auditions. « Nous avons commencé à vérifier les papiers d’identité et aussi à recueillir les témoignages des personnes concernées. Sur cette affaire, la BC n’a pas reçu de plainte. Les renseignements fournis par des gens de bonne foi ont amené nos enquêteurs à procéder à des recoupements. La procédure a obtenu l’aval du parquet », rapporte le chef SCAC.

Destinations. Depuis 2009, l’envoi illicite de personnes, toutes des jeunes femmes, a augmenté d’une manière significative. Avec comme destinations de prédilection, le Liban, le Koweït, la Jordanie et l’Arabie-Saoudite, après une escale à l’île Maurice. Ces femmes sont employées comme gens de maison. La différence de cultures entre elles et leurs patrons, se solde parfois par des violences. Agression sexuelle, torture physique et abus psychologique sont devenus leur lot quotidien. Les unes rentrent dans un cercueil au pays et les autres traumatisées.

Frais de dossier. A propos de cette histoire de Mahazoarivo, quelques témoignages des gens interceptés avancent qu’ils ont payé un frais de dossier de 30 000 ariary pour devenir membre de l’agence de placement. Une réunion obligatoire se tient tous les dimanches et les personnes venant de régions autres que Tana y sont hébergées pour ne pas dire parquées. A leurs yeux, l’ex-CT appelé « le SG » est très correct quant au traitement des dossiers. « La preuve, nous avons entendu que plusieurs personnes sont déjà parties à l’extérieur », a expliqué l’une des personnes découvertes hier, au domicile de l’ancien parlementaire de la Transition. Lequel est reparti libre hier, en attendant l’issue des enquêtes qui vont reprendre ce jour à la BC.

Didi R.

http://www.midi-madagasikara.mg/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article