Insertion communautaire des jumeaux de Mananjary

Publié le par Alain GYRE

Insertion communautaire des jumeaux de Mananjary

Publié le vendredi 27 novembre 2015

Insertion communautaire des jumeaux de Mananjary

Les actions en faveur de l'insertion communautaire des jumeaux de Mananjary se poursuivent.

L'Akany Tsy Manary Zaza, le logement communautaire relai construit suite à la mobilisation de ressources du Programme des Nations Unies pour le développement - PNUD, dont notamment l'appui de la ‪#BFV Societe Generale et de l' Ambassade de France à Madagascar a été inauguré le mardi 24 novembre 2015 à Mananjary. L'Akany accueillera les parents qui ont choisi de garder leurs enfants jumeaux et reste un site de renforcement de capacité pour permettre l'autonomisation des parents de jumeaux dans la communauté Antambahoaka.

Et au sujet de l’abandon des enfants jumeaux, il importe de rappeler les données du CEDAW/C/MDG/Q/6-7/Add.1 qui font état que dans les districts de Mananjary et de Nosy Varika, la naissance des jumeaux est considérée par l’ensemble des membres de la communauté comme étant une malédiction d’où l’interdiction absolue de les maintenir au sein de la famille biologique. Cette interdiction affecte également la possibilité de résider dans la localité de Mananjary.

Face à cette situation, le Ministère de la justice, appuyé par le PNUD a fait procéder à des études pour comprendre les raisons profondes de cette pratique, son ampleur ainsi que les voies et moyens à mettre en oeuvre pour éradiquer la discrimination à l’encontre des enfants jumeaux.

Un atelier s’est tenu à Mananjary en 2008. Cet atelier a vu l’implication de toutes les autorités judiciaires, policières, administratives, religieuses, traditionnelles de la région. L’objectif visé était de sensibiliser les participants sur les méfaits de la discrimination à l’encontre des droits des enfants jumeaux en violation de la convention de droits de l’enfant et de la charte. Il s’agit également d’obtenir leur engagement à combattre ce fléau.

À l’issu de l’atelier, une feuille de route fut signée. Celle-ci enregistre l’engagement de toutes les parties prenantes à mener des actions concrètes pour éradiquer cette discrimination. Les Chefs traditionnels détenteurs et gardiens de la coutume ne se sont plus opposés à ce que les enfants jumeaux résident avec sa famille biologique à Manajary. Toutefois ces Ampanjaka ont émis des réserves en ne donnant pas leur bénédiction c’est-à-dire que les parents ne sont pas à l’abri des malédictions pour avoir violé la coutume.

Il y a eu une avancée positive en ce sens que plusieurs parents ont décidé de résider à Manajary avec leurs enfants jumeaux. Par ailleurs, une association des parents d’enfants jumeaux a été mise en place pour défendre les droits de leurs enfants. Cette association peut participer à des évènements tels que : la commémoration de la journée de droit de l’enfant ou de droit de l’homme.

http://www.lagazette-dgi.com/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article