Terrorisme L’horreur sans frontière

Publié le par Alain GYRE

Terrorisme L’horreur sans frontière

samedi 14 novembre 2015, par Léa Ratsiazo

Terrorisme L’horreur sans frontière

Au moins 120 morts et 200 blessés

L’horreur ! Paris compte ses morts à l’heure où Beyrouth est encore en train d’enterrer les victimes des attentats de ce jeudi 12 novembre, alors que l’enquête sur l’explosion de l’avion russe au dessus du Sinaï en Egypte n’est pas encore tout à fait terminée. Vendredi 13 très noir pour la France, victime à nouveau d’attaques terroristes qui ont fait au moins 120 morts et des centaines de victimes.

Attaques terroristes et carnages que rien ne justifie, tuant indistinctement hommes, femmes et enfants, quels que soient leur religion et la couleur de leur peau. N’oublions pas que l’Afrique comme le Mali ou le Nigeria sont plusieurs fois victimes d’attentats terrorismes, preuve que la barbarie ne connaît pas de frontière. Mais les Malgaches de part l’Histoire en commun avec la France, à cause des parents et amis installés en Hexagone se sentent plus concernés quand il s’agit de la France. D’ailleurs, bon nombre de Malgaches qui ont des enfants ou parents installés en France s’inquiètent déjà depuis hier soir de savoir si leurs proches sont parmi les victimes.

Terrorisme L’horreur sans frontière

Les autorités françaises ont décrété l’état d’urgence et ont décidé de rétablir les frontières momentanément. Les attaques de Paris surviennent à quelques semaines de la conférence internationale sur le changement climatique qui va se tenir dans la capitale française et à quelques semaines des fêtes de fin d’année.

Quoi qu’il en soit, aucun pays, personne n’est à l’abri de cette barbarie sans nom dont les auteurs endoctrinés n’hésitent pas à se faire sauter après leurs forfaits. Comment en finir avec les terroristes islamistes ? Pour le moment, personne n’a de réponse mais tout le monde s’y penche.

http://www.madagascar-tribune.com/

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article