Etat lamentable des routes de Tanà – Menace de grève des transporteurs urbains !

Publié le par Alain GYRE

Etat lamentable des routes de Tanà – Menace de grève des transporteurs urbains !

Etat lamentable des routes de Tanà – Menace de grève des transporteurs urbains !

Le ras-le bol des nids d’éléphants est général mais les particuliers sont obligés de passer par ces rues ressemblant à celles de l’époque de Ranavalona I. Il est ainsi normal que les réactions fusent de partout et ce, de manière violente comme celles des transporteurs urbains qui veulent cesser toute activité. Et ils ont bien leur raison que Lalao Ravalomanana et son équipe ne comprennent pas. A coup sûr, ces dernières vont encore jeter la responsabilité sur les autres. Encore une fois !

C’est la nouvelle prouesse de l’équipe de Lalao Ravalomanana qui s’en f… éperdument de la situation. La réponse de la responsable ou de la directrice de la communication de la Cua – en passant, c’est n’importe quoi et n’importe qui puisqu’on sait qu’il n’y a pas cette direction dans l’organigramme récemment voté par le conseil municipal – à la question de l’état plus que désastreux des rues d’Antananarivo met tout le monde au tapis : « Nous avons déjà envoyé une lettre à l’Autorité routière de Madagascar et nous attendons leur réponse ». Et vlan ! C’est d’une inconscience absolue et la population tananarivienne doit donc attendre sagement la suite de cette correspondance administrative. Revoilà donc ces nouveaux dirigeants de la Capitale qui ne sont pas du genre à prendre des initiatives et surtout à prendre à bras le corps leurs responsabilités. Encore une fois, ces derniers vont fuir leurs attributions, et au cas où ils ont oublié, cet état s’aggrave d’heure en heure. Déjà avec les ordures, certaines portions sont devenues impraticables et pour les piétons et pour les automobilistes. De son côté, l’Union des coopératives de transport urbain (Uctu) enfonce le clou en demandant à la Cua de définir de nouveaux itinéraires pour les lignes qui sont les plus touchées par ce problème, c’est-à-dire tout le monde.

Commissions assommantes

Ce qui est non seulement impensable mais surtout impossible à réaliser pour la première raison que tous les axes routiers sont en partie ou totalement détruits. La deuxième en est que les têtes pensantes de la nouvelle mairesse a réduit en miettes la direction du déplacement urbain, celle qui est apte à étudier techniquement ces itinéraires. Cette décision a été prise suite au projet d’octroyer la gestion des parkings de la Capitale à une société privée dont les commissions que vont obtenir les responsables sont, paraît-il, … assommantes, selon les agents de la Cua. Il faut savoir que le service parking fut une des composantes de la direction en question. Ainsi dans le but de neutraliser les éventuels mouvements de contestation, on a opté de dissoudre complètement un département dont les premières missions, celles de la gestion de la circulation urbaine, sont vitales pour l’administration d’une grande ville qui plus est la Capitale de Madagascar. Mais en tout cas, rien ne fonctionne toujours, et ce, malgré les dernières nominations, puisque l’organigramme en question attend la validité de la Préfecture de la police d’Antananarivo qui doit veiller à ce que tout soit conforme à la loi. Et sur ce point, beaucoup sont sceptiques puisqu’encore une fois, même les simples citoyens ont remarqué des irrégularités.

Bref, les habitants de la Capitale sont réellement dans de beaux draps et ce n’est pas prêt de se terminer. On sait par exemple que pour le budget primitif 2016, on veut faire endosser à la population tananarivienne de dettes de plus de 60 milliards d’ariary. Nous en reparlerons.

Luc Matthieu

http://www.matin.mg/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article