Menaces sur les orchidées: La culture sous ombrière pour les sauver

Publié le par Alain GYRE

Menaces sur les orchidées: La culture sous ombrière pour les sauver

Publié le mercredi 6 janvier 2016

Menaces sur les orchidées: La culture sous ombrière pour les sauver

Environ 1 000 espèces ou près de 85% ou plus précisément 84,9% des orchidées dans le monde selon la base de données du catalogue du Missouri botanical garden (MBG).

C’est l’importance de la richesse des orchidées de Madagascar. Considérées comme des espèces phares tant par leur beauté et la couleur de leurs fleurs que leur parfum, les orchidées qui prospèrent dans les forêts sont toutefois menacées par la variabilité climatique et l’exploitation forestière. Beaucoup de recherches et de publications ont été effectuées sur les orchidées de Madagascar. Cependant, nombreux taxons restent à décrire car la plupart des orchidées collectées sur le terrain sont sans fleurs et donc (presque) impossibles à identifier alors qu’ils représentent peut-être des nouvelles espèces. Pour surmonter ces obstacles, c'est-à-dire pour assurer une bonne identification et obtenir du matériel fertile et donc identifiable, un système de culture en ombrière a été développé à Madagascar par MBG après l’implantation du réseau d’ombrières en Afrique centrale (Sao Tomé, Gabon, Guinée équatoriale, RDC et le Cameroun).

Ainsi, MBG Madagascar met en culture des plantes vivantes de chaque espèce d’orchidées collectées lors des travaux de terrain dans deux ombrières où l’un se trouve au MBG Antananarivo abritant 350 individus et l’autre sur le site de conservation de MBG à Ambalabe, Vatomandry avec 540 individus. Au total, ces cultures ex-situ regroupent 80 espèces appartenant à 22 genres selon l’identification préliminaire. En fait, la mise en culture en ombrière produit les conditions climatiques de la canopée de la forêt pendant une période d’acclimatation d’environ 1 an. Les ombrières créent des conditions idéales pour ces orchidées. Ils réduisent le stress hydrique, tout en exposant les plantes aux éléments tels que la pluie et le vent pour une acclimatation optimale. Les orchidées y souffrent moins de la chaleur et nécessitent moins d'arrosage, ce qui génère des économies de temps, d’eau et de main-d'œuvre. En outre, la mise en culture des orchidées dans les ombrières est indispensable pour récolter des échantillons en fleur année après année. Et ces spécimens en fleur seront collectés aussi bien pour une identification préalable que pour être envoyés aux différents herbaria, y compris l’herbier national à Tsimbazaza (TAN).

Après identification, il est fort probable de découvrir de nouvelles espèces, des espèces rares et menacées d'orchidées. Ceci pour dire que la culture d’orchidées dans les ombrières est d’une importance capitale. Elle permet non seulement leur conservation ex situ mais en plus, ces ombrières peuvent aussi servir de lieu où les espèces d'orchidées peuvent être montrées au public et aux touristes. Notons que le MBG met à la disposition du public et des scientifiques un catalogue sur la biodiversité de Madagascar, visible à l’adresse suivante : http://www.tropicos.org/Name/42000388?projectid=17.

http://www.lagazette-dgi.com/

Publié dans Economie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article