Filière or blanc : Le lait devient un produit de luxe

Publié le par Alain GYRE

Filière or blanc : Le lait devient un produit de luxe

Rédaction Midi Madagasikara 24 février 2016

Filière or blanc : Le lait devient un produit de luxe

La production laitière à Madagascar est insuffisante. (Photo d’archives)

La filière lait a été fortement frappée par la crise. Bien qu’il y ait maintenant une légère reprise, d’aucuns reconnaissent que le lait devient en ce moment un produit de luxe. En effet, la production laitière dans le pays est tellement insuffisante, alors que le lait en brique importé qui envahit le marché local n’est pas à la portée de tous les ménages. De plus, les consommateurs sont encore réticents en raison des additifs tels que l’urine, le formol et la chaux grasse mis dans le lait pour sa conservation durant sa collecte et son transport depuis les sites de production. Quant aux unités de transformation en produits laitiers, elles préfèrent importer davantage de poudre de lait, et ce, en grande quantité. C’est ce qu’on a appris lors de l’assemblée générale ordinaire des membres de Malagasy Dairy Board (MDB) hier à Ambohimangakely.

Plan stratégique. Il s’agit d’un Groupement d’Intérêts Economiques composé de 125 acteurs laitiers allant des éleveurs de vaches laitières, des transformateurs, des prestataires de services et des importateurs d’intrants au niveau du triangle laitier à Madagascar. Il faut savoir que le triangle laitier touche les régions à forte concentration de la production laitière, telles que Bongolava, Itasy et Analamanga ainsi que Vakinankaratra et Haute Matsiatra. Le rôle de MDB est ainsi de promouvoir et de coordonner le développement de cette filière or blanc dans le pays. Pour ce faire, ce groupement vient d’élaborer un plan stratégique sur une période de 2016 à 2020 qui attend une validation de tous les membres à l’issue d’une présentation dans le cadre de cette assemblée générale. Une réunion qui dure jusqu’à ce jour.

Navalona R.

http://www.midi-madagasikara.mg/

Publié dans Economie, Laut

Commenter cet article