Commémoration du 29 mars - L’amour de la patrie prôné par des civils

Publié le par Alain GYRE

Commémoration du 29 mars - L’amour de la patrie prôné par des civils

Commémoration du 29 mars - L’amour de la patrie prôné par des civils

Mouvement citoyen ! Hier, des civils ont commémoré le jour du 29 mars 1947 au Jardin d’Antaninarenina. L’amour de la patrie a été au centre de la commémoration. Les partisans du mouvement« Wake up Madagascar » (Wum) ont voulu rappeler dans le cœur et les esprits de chacun l’importance de la lutte livrée par les militants de 1947 pour l’indépendance de Madagascar, et aussi rappeler l’identité malagasy.« Il s’agit d’une commémoration faite par des citoyens malagasy. Il n’y eut ni fleurs, ni hommes politiques, mais des civils qui veulent démontrer leur amour de la patrie », a expliqué un responsable au sein du mouvement Wum. Il est important de rappeler que la lutte pour la liberté ne se limite pas à celle de 1947, menée par les militants de l’époque, toujours d’après ses explications. « Lutte contre la pauvreté, la corruption et l’usage dans l’inégalité de certains pouvoirs administratifs et lutte pour la liberté d’expression », telles sont les idéaux prônés par les partisans du mouvement, sans but politique. Et d’ajouter qu’ « il est important de se souvenir de ceux qui nous ont précédés dans cette lutte, et de faire en sorte que leurs sacrifices pour l’indépendance de Madagascar n’aient pas été vains ».Les partisans ont ainsi clamé l’amour de la patrie par un « flash mob » en chantant l’hymne national ainsi que des chansons marquant l’époque historique pendant plusieurs minutes, avec des chanteurs de « hira gasy » invités spécialement pour l’évènement.

« Wake up Madagascar »

Le mouvement Wum est né de la mobilisation des citoyens malagasy de Madagascar et de l’étranger. Il a pour objectif de réveiller « le militantisme et l’activisme malagasy, de soutenir les valeurs citoyennes et démocratiques, ainsi que d’interpeller les décideurs sur leurs devoirs de redevabilité et sur le principe de la refondation de la société». Le mouvement avait appelé les Tananariviens à manifester leur opposition le 8 janvier à midi devant la stèle de déclaration de l’indépendance, au centre-ville, en déposant au sol des assiettes vides, pour contester le banquet présidentiel en marge de la présentation des vœux du Nouvel An à Iavoloha.

Écrit par Tiasoa Samantha Mercredi, 30 Mars 2016

http://www.laverite.mg/

Publié dans Histoire, 29 mars 1947

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article