Indice du bonheur – Madagascar dans les 10 pays les plus malheureux du monde !

Publié le par Alain GYRE

Indice du bonheur – Madagascar dans les 10 pays les plus malheureux du monde !

Indice du bonheur – Madagascar dans les 10 pays les plus malheureux du monde !

On n’arrête pas de récolter de mauvaises notes et cette fois-ci, c’est un mélange de facteurs dont le PIB par habitant, l’espérance de vie et entre autres, l’absence de la corruption, a fait que Madagascar est classé dans le Top ten mais à sens inverse. Après qu’on est le 4ème pays le plus sale, le 5ème pays le plus pauvre, nous sommes le 9ème le plus malheureux ! Demain dimanche 20 mars sera célébrée la journée mondiale du … bonheur.

Les Malgaches se trouvent parmi les 10 peuples les plus malheureux du monde. Le rapport «World Happiness Report » qui classifie les pays parmi le niveau de bonheur de son peuple met Madagascar à la 148è rang sur 157, c’est-à-dire dans les 10 derniers. Ce rapport compare six facteurs dont le PIB par habitant, l’espérance de vie, les soutiens sociaux (la possibilité de pouvoir compter sur quelqu’un en cas de coup dur), la liberté de faire ses propres choix dans la vie, la générosité et l’absence de corruption. Des critères selon lesquels la Grande île ne cesse de se régresser. Avec une population pauvre à plus de 90% dont l’espérance de vie ne cesse de se raccourcir, Madagascar subit également le phénomène de l’insécurité grandissante car les efforts des forces de l’ordre ne suffisent pas pour protéger les citoyens, la corruption touche également presque tous les domaines de l’administration publique et privée. Dans ce classement international, la Grande île se trouve loin derrière les Comores (138e), et le Zimbabwe (131e). Seuls les pays en guerre et rongés par le terrorisme tels que Tanzanie, Liberia, Guinée, Rwanda, Bénin, Afghanistan, Togo, Syrie, et Burundi se trouvent derrière Madagascar.

Un pays dans l’impasse

Les points négatifs sur le développement s’accumulent et démontrent que le pays se trouve dans l’impasse, malgré les déclarations de fierté tant véhiculées par les dirigeants qui se disent satisfaits de leurs actions. Ils ont le pouvoir de museler la presse et les moyens d’oppression pour empêcher le peuple de se lever, mais les détenteurs du pouvoir n’ont aucune force pour empêcher la communauté internationale d’apporter des preuves sur la situation de la pauvreté catastrophique à Madagascar. Quelles que soient les explications théoriques des dirigeants, la majorité des malgaches vivent dans l’extrême pauvreté et en situation de vulnérabilité dans le domaine du social, de la santé, de l’insécurité.

Dominique Val

http://www.matin.mg/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article