Six cents écoles au bord de fermeture

Publié le par Alain GYRE

Six cents écoles au bord de fermeture

01.04.2016

Six cents écoles au bord de fermeture

L’ONEP a détecté six cents écoles privées illicites. Leur assainissement sera effectué à l’année scolaire 2016-2017.

Une voie sans issue pour les irréguliers. L’Office National de l’Enseignement Privé (ONEP), rattaché au ministère de l’Education Nationale (MEN), et les directeurs Nationaux des Écoles Privées ont renforcé leur entente pour dénigrer les écoles privées illicites lors du Conseil d’Administration de l’ONEP, mercredi. L’ONEP en a détecté plus de six cents dans toutes les vingt deux régions jusqu’à hier matin. « La majorité sont des établissements du niveau I, c’est-à-dire, les écoles primaires. Dans la Circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo-ville, on en a compté deux du niveau primaire », a fait savoir le directeur de l’ONEP, Julien Lalahy.

L’assainissement est pour bientôt. Ces écoles ne pourront plus présenter de candidats à des examens officiels et seront interdites d’inscrire des élèves pour l’année scolaire 2016-2017. « On ne procédera pas à la fermeture officielle. La fermeture se fera naturellement avec cette mesure d’assainissement que l’on va prendre », renchérit Julien Lalahy.

Cette initiative est approuvée par les directeurs Nationaux des écoles privées, qui se sentent menacer par une concurrence déloyale envers ces établissements illicites pullulant, comme l’a exposé Célin Rakotomalala, directeur National des Écoles Privées en mois de février, lors d’un entretien concernant l’abondance des écoles irrégulières.

Liste à afficher

Pour le MEN, l’objectif est la régularisation de tous les établissements scolaires et l’amélioration de la qualité de l’éducation à Mada­gascar.

L’ONEP veut encore offrir de la chance à ces illégaux, en leur donnant jusqu’à la fin de cette année scolaire pour régulariser leur situation. Mais pour plusieurs d’entre eux, c’est peine perdue car les normes requises ne se procurent pas à un claquement de doigt.

Selon l’arrêté 14 517/2015 portant réorganisation générale des écoles privées, le baccalauréat ou son équivalence est le diplôme minimum requis pour les enseignants des écoles primaires. L’ouverture des écoles dépend également de l’aval du Bureau Municipal de l’Hygiène qui surveillera les normes sanitaires de l’établissement, entre autres l’aération de chaque salle de classe.

Miangaly Ralitera

http://www.lexpressmada.com/

Publié dans Education, Ecole

Commenter cet article