Un sac biodégradable : Enduma lance le défi

Publié le par Alain GYRE

Un sac biodégradable : Enduma lance le défi

Publié par : APOI 18 avril 2016

Un sac biodégradable : Enduma lance le défi

Un sac 100% biodégradable reste aujourd’hui très cher. Toutefois, les chercheurs du monde entier essayent de trouver au mieux un sac qui se dégrade vite et qui soit également plus soucieux de l’environnement.

C’est dans ce sens que la société Enduma a mis au point depuis quelques années un sac réutilisable pendant des années et à dégradation accélérée en cas d’abandon, dans le but de remplacer les sachets “traditionnels” de sorties de caisses, récemment interdits à la production et à la commercialisation sur la Grande Ile. Cette société s’est également lancée le défi de produire le 1er sac 100% biodégradable très résistant et compétitif au niveau des prix, à Madagascar. La recherche est encore en cours. “Nous avons produit en 2015 quatre millions de mètres carrés en sacs écologiques à dégradation accélérée. Le calcium ajouté lors du processus de fibrage nous permet d’obtenir un sac plus écologique tout en gardant sa résistance. Cette contenance en calcium permet, en cas d’abandon dans la nature, une dégradation accélérée en poudre, évitant ainsi de très nombreux dommages (canalisations bouchées, inondations destructrices,…)” explique Walid Haddad, directeur général d’Enduma, qui constate par ailleurs que Madagascar prend considérablement de l’avance en termes de nouvelles politiques écologiques. Enduma exporte également ce type de sacs (Maurice, Réunion, Seychelles et France). La production locale et les exportations se développent de façon exponentielle d’années en années, avoisinant des taux de croissance à trois chiffres.

Les actions RSE au centre des préoccupations

Toujours dans cette optique de l’économie durable, la société recycle sur place ses propres déchets. “Nous réfléchissons, par ailleurs, à une logistique pour récupérer nos sacs techniques agricoles usagés afin de les transformer en granulés, très utilisés par d’autres industries” ajoute-t-il. “Nous misons beaucoup sur les sensibilisations qu’elles soient auprès de nos clients, de nos salariés, ou d’un point de vue général. En effet, une société comme la nôtre est un emblème national. Nos produits sont connus de tous les Malgaches (notamment les sacs tissés appelés “gony” utilisés par les tous les agriculteurs). Ainsi c’est un devoir de communiquer et de sensibiliser la société malgache sur tous les sujets : santé, environnement et développement durable. Nous le faisons car nous représentons un savoir-faire Vita Malagasy (Fabriqué à Madagascar) de très grande qualité” nous confie Walid Haddad. Mais ses actions ne se limitent pas seulement à ce stade. “Nos salariés bénéficient d’avantages quasi-uniques sur la Grande Ile (cantine, OSTIE sur place, intervenants-sensibilisations, comité d’entreprise, …), une sorte de “modèle Google” local qui privilégie le bien-être du salarié” avance-t-il.

Freda R

http://www.agencepresse-oi.com/

Commenter cet article