Exposition – « Seconde vie » à l’Is’Art Galerie

Publié le par Alain GYRE

Exposition – « Seconde vie » à l’Is’Art Galerie

31.05.2016

Exposition – « Seconde vie » à l’Is’Art Galerie

En conjuguant art et recyclage, Maherisoa Rakotomalala laisse constamment libre court à sa créativité. Avec « Seconde vie », il apporte un nouveau souffle aux objets usés du quotidien.

L’art du recyclage, ou plutôt le recyclage à travers l’art. L’artiste au talent éclectique et fort d’une inventivité propre à lui-même qu’est Maherisoa Rakotomalala se représente au sein de l’Is’Art Galerie, cette semaine, pour sa nouvelle exposition. Création et renaissance y seront à l’honneur, du 2 au 23 juin. Des œuvres à la fois inédites auxquelles l’artiste aura redonné vie et beauté égayeront le hall d’exposition de cette galerie d’art sise à Ampasanimalo.

Des objets oubliés, usés et abandonnés, l’artiste plasticien en fait ses principaux matériaux pour concevoir ses créations. Des choses du quotidien à qui le jeune homme transpose un regard neuf et y accorde une « Seconde vie », d’où l’intitulé de son exposition. Une manifestation culturelle qui conjugue également différentes techniques artistiques pour émerveiller le public qui viendra le découvrir. Maherisoa Rakotomalala s’est, d’ailleurs, fait connaître dans le milieu de l’art contemporain pour sa pluridisciplinarité.

« J’ai toujours été très à l’aise à travers la peinture en soi. Ceci dit, dans le cadre de ce projet artistique, je me suis librement laissé inspirer en mélangeant sculpture, peinture et travail d’objets de récupération », confie-t-il.

Matrise des matières

Ainsi, à travers « Seconde vie », les férus d’arts de la capitale se laisseront, entre autres, surprendre par la redécouverte d’une cassette audio que l’artiste aura transformé en un personnage robotisé, ou encore d’anciens chargeurs de téléphone qu’il aura transformés en objets de décorations fantasques. De même, l’une des grandes particularités de cette exposition reste la récupération de bois et de troncs d’arbres par Maherisoa Rakotomalala, et qu’il travaillera par la suite. Des morceaux et des blocs de bois à qui le jeune homme a donné une forme particulière, et qu’il orne de peinture et de ces fameuses perles ou « Vakana » malgaches qu’il affectionne.

Andry Patrick Rakotondrazaka

http://www.lexpressmada.com/

Publié dans Culture, Is'Art Galerie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article