Isotry – Deux cents commerces réduits en cendres

Publié le par Alain GYRE

Isotry – Deux cents commerces réduits en cendres

17.05.2016

Isotry – Deux cents commerces réduits en cendres

Un embrasement a éclaté en pleine nuit à Isotry, dans la nuit de dimanche à lundi. Plus de deux cents commerces et ateliers sont partis en fumée.

Les comptoirs aux matériels de plomberie, d’appareils électroportatifs, d’outillages informatiques et d’équipements ainsi que d’accessoires immobiliers d’Isotry, ont été dévastés par les flammes, dans la nuit du dimanche de pentecôte à lundi. Près de deux cents commerces et ateliers de réparation d’appareils électroménagers et électriques sont calcinés. Plus de la moitié du marché a laissé sa place à un chaos. Des ferrailles enfouies sous les cendres, des tuyaux en PVC transformés en blocs de plastique carbonisé après s’être fendus sous les flammes, des moteurs de réfrigérateurs couverts de suie, des enchevêtrements de fils et de câbles dénudés, des portes métalliques dérobés ….et de la cendre épaisse dans laquelle s’enfoncent les pieds lorsqu’on marche sur ce champ de ruines.

« Il ne nous reste quasiment plus rien. J’avais trois commerces. Dans l’un, des perceuses, des découpeuses ainsi que des tronçonneuses à l’état neuf que j’avais précieusement gardées, sont parties en fumée. Un peu d’aluminium fondu, voilà tout ce qui reste », se désole René Rabemanantsoa, l’une des victimes de ce sinistre. « Mes deux autres box-calfs étaient des quincailleries. Le feu n’y a rien épargné », poursuit-il.

Installations électriques

Selon les informations recueillies sur place, l’embrasement a éclaté, aux alentours d’une heure du matin. Le lieu du sinistre s’est déjà transformé en une véritable fournaise, lorsque les soldats du feu sont venus à la rescousse. Des flammes déchaînées s’abattaient dangereusement sur la partie Est du marché, lorsqu’ils ont pris petit à petit le contrôle de la situation.

« L’origine du feu reste encore floue. Les versions sont contradictoires. Alors que les uns disent qu’un court-circuit survenu sur la ligne du secteur aurait pu provoquer une réaction en chaîne, les autres soutiennent que le feu s’est déclaré au cœur des commerces, puis s’est répandu à une vitesse folle », affirme Martine Ravaoarinaivo. Pour cette dernière, des appareils sanitaires dont la valeur s’élève à plus de deux millions d’ariary, ont été détruits sous les flammes. « Tout ce que je sais, c’est que personne n’est censé passer la nuit dans les boxes. En revanche, beaucoup étaient électrifiés et des enchevêtrements d’installation électrique parcouraient les toits », ajoute-t-elle.

Une horde d’individus s’est emparée des ruines carbonisées, jonchant les lieux. Fouillant les cendres et les ruines pour y récupérer des ferrailles, elle s’attire la foudre des commerçants sinistrés qui les chassent dare-dare.

« Partez, il n’y ne reste plus rien. Arrêtez de profiter de notre malheur », s’insurge Randrianarijaona. Ce vendeur et réparateur de verrous compte-bien rassembler tout ce qui a été épargné par l’embrasement pour le vendre en ferrailles, à raison de 400 ariary le kilogramme tout au plus. Des autorités se sont rendues sur place. Hier après-midi, certaines des victimes avaient commencé à faire des réparations.

Seth Andriamarohasina

http://www.lexpressmada.com/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article