Le Khat, drogue douce, supplante les productions vivrières à Antsalaka

Publié le par Alain GYRE

Le Khat, drogue douce, supplante les productions vivrières à Antsalaka

Le Khat, drogue douce, supplante les productions vivrières à Antsalaka

Aphrodisiaque, excitant, hallucinogène, le Khat fait un tabac à Madagascar. Les feuilles de cet arbuste mâchées par les consommateurs sont utilisées comme des drogues douces. Pas si inoffensives que cela d'après l'Express de Mada qui, dans son édition du jour, pointe du doigt les conséquences sociales, économiques et sur la santé publique de cet "or vert".

Depuis une dizaine d'années la production de Khat s'est accrue pour atteindre plus de 10.000 hectares à Antsalaka, selon les chiffres donnés par le journal. Résultat, dans la commune "presque toutes les activités tournent autour du khat". Les cultures sont rentables et la demande dépasserait les frontières du pays jusqu'à Mayotte.

Riz, café et légumes aux oubliettes

Oui mais… si les plantations sont lucratives, elles se font au détriment d'autres cultures peut-être mois sécurisantes mais vivrières celles-ci. Ainsi"riziculture","culture de café" ou "de légumes" sont délaissées pour le khat.

Les feuilles, transformées en boules dans la bouche, s'invitent jusque sur les lieux de travail, engendrant une baisse de la productivité et laissant redouter des méfaits sévères sur l'organisme: "maladies gastriques, constipations, vomissements, appendicite, anorexie, maux de dents, céphalée", indique l'Express de Mada qui dénonce un "frein au développement".

L'Etat malgache ne légifère pas sur cette question. En attendant, la plante à l'origine consommée dans le cadre de pratiques rituelles, est mastiquée un peu partout sur l'île, avec le risque d'une forte accoutumance, et pas uniquement chez les adultes...

http://www.zinfos974.com/

Publié dans Santé, Drogue, Khat

Commenter cet article