Fibre de sisal: La production de nouveau en hausse

Publié le par Alain GYRE

Fibre de sisal: La production de nouveau en hausse

Publication : 11 juin 2016

Photo: www.futura-sciences.com
Photo: www.futura-sciences.com

La production des plantations dans le sud du pays est de nouveau à la hausse après une réduction d'environ 800 tm en 2014. La production totale en 2015 s'élevait à 7.250 tm de fibre de sisal et se trouve sur le même niveau que 2013.

Plus, selon les données publiées par Wilhelm G. Clasen qui est une maison de commerce avec une forte part de marché dans le monde entier pour les fibres naturelles et les fils, les toiles, il est fait état que cette croissance de la production est en contradiction avec les conditions climatiques de l’année dernière et est certainement attribuée au fait que quelques exportateurs coupent des feuilles aussi pendant la saison sèche risquant que les plantes vont dépérir. En vue d'une estimation difficile quant au développement du climat il n'est actuellement pas possible de faire une prédiction précise sur le développement de la production / des exportations pendant cette année.

Par ailleurs, les mêmes informations indiquent que l'acheteur principal est toujours la Chine (45 % de la quantité totale), suivie par le Maroc (21 %), l'Espagne (17 %) et l'Inde (4,5 %). Cette répartition des quantités d'exportation ne s'est pas modifiée essentiellement pendant les ans derniers. Toutefois, la quantité d'exportation pour l'Espagne a augmenté considérablement en comparaison des années 2013 et 2014. Depuis quelque temps on peut observer que la fibre de sisal qui a été exportée à l'Espagne arrive finalement sur le marché marocain. Ceci concerne de plus en plus des lots livrés du Kenya et du Tanzanie à destination Espagne. Il existe un trafic frontalier intense entre Espagne et Maroc et les entreprises espagnoles y engagées et les acheteurs marocains agissent dans une sorte de zone non-contrôlable.

Dans cette situation, il est, en outre, mentionné que la pénurie d'eau empêche la croissance des jeunes plantes et freine également le défibrage. Après des chutes de pluies fortes l'eau de la rivière Mandrare contient trop de sédiment du fait que l'eau ne peut pas être utilisée pour les machines de défibrage (CORONA), étant donné que la fibre pourrait devenir mate risquant des décolorations non désirées. Comme partout en Afrique de l'Est - l'eau est manquante ou bien il y a trop - les deux cas sont mauvais pour la production de sisal.

http://www.lagazette-dgi.com/i

Publié dans Economie, Sisal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article