Jean Pierre Dhems lance le « Silicone balais »

Publié le par Alain GYRE

Jean Pierre Dhems lance le « Silicone balais »

Publié par : APOI 20 juin 2016

Jean Pierre Dhems lance le « Silicone balais »

Jean Pierre Dhems, alias « Tonton » est bien connu dans l’océan Indien, notamment à La Réunion où il a été de longues années directeur commercial pour de grandes marques, avant de rentrer dans son pays récemment. Jamais à court d’idées, cet Indien au look de cow boy a la fibre artistique et l’exprime à travers ses créations picturales. Il a profité d’un séjour de plusieurs mois en Thaïlande en 2015 pour y réaliser de grands tableaux d’inspiration malgache mais dorés à l’or fin, une technique typiquement asiatique qui donne un résultat surprenant.

C’est en Thaïlande également que ce globe trotter, toujours chaussé de santiags exclusives, a eu l’inspiration qui intéresse notre sujet aujourd’hui : « j’ai mélangé plusieurs techniques de fabrication asiatiques à des matériaux naturels de Madagascar : bambou pour le manche, les tiges centrales du cœur de raphia et celles des feuilles de coco, le tout relié par une douzaine de mètres de fil de fer torsadé localement… Le résultat : un « silicone balais » d’à peine 700 grammes, réalisé avec des matériaux nobles et entièrement recyclables, aux performances étonnantes ».

En effet, l’essayer c’est l’adopter tant ce balais au look futuriste est non seulement performant mais aussi décoratif. Une œuvre d’art qu’on n’a presque pas envie d’utiliser pour le garder dans son état d’origine. Une œuvre d’art doublée d’une œuvre sociale tant Jean Pierre a le cœur aussi gros que sa gueule est grande : « chaque balais est vendu à peine 10000 Ariary (2,80 € NDLR), un prix qui couvre à peine mes charges, mais ça donne de l’emploi à 6 personnes qui hier étaient totalement démunies. Elles produisent environ 200 pièces par mois qui sont toutes réservées car on peut aussi les personnaliser aux couleurs des entreprises par exemple. J’ai aussi de la demande à l’étranger qui commence à se manifester : je viens d’en expédier à la Guadeloupe et à Maurice, donc je reste optimiste pour l’avenir… »

Autour de son stand à la FIM où il a présenté le produit, les commentaires sont unanimes : s’il devait y avoir un premier prix de l’innovation lors de cette FIM c’est à lui qu’il reviendrait. A suivre.

http://www.agencepresse-oi.com/

Publié dans Economie, Balai

Commenter cet article