Littérature : Les livres de conte de Rakemba à la librairie Mille Feuilles

Publié le par Alain GYRE

Littérature : Les livres de conte de Rakemba à la librairie Mille Feuilles

Rédaction Midi Madagasikara 8 juin 2016

Littérature : Les livres de conte de Rakemba à la librairie Mille Feuilles

Les livres pour enfants pour éduquer et inculquer les valeurs culturelles et traditionnelles malgaches.

Publiés aux éditions Edirar, les livres de conte de Rakemba, Aja et Olifaniry sont en vente à la librairie Mille Feuilles à Behoririka.

Le mois de juin peut se vanter d’être un mois consacré à l’art. Outre la musique, ce mois rend également honneur à la littérature et au dessin. A la librairie Mille Feuilles à Behoririka, la salle est très animée. Vernissage d’expositions, bande dessinée en fête, et des animations en tout genre. Ainsi, samedi dernier, la troupe Riankanto a sorti ses personnages, tout droit issus des « angano » (contes) que les auteurs au sein de l’édition Edirar ont écrit, afin d’inciter les enfants à lire. « L’écriture, c’est notre vie. J’écris, mon mari également, et même notre fille de 17 ans » explique Rakemba, auteur et chef de cette compagnie peu ordinaire. « Je suis une conteuse, j’exerce ce métier depuis longtemps. Je raconte des histoires pour les petits, puis peu à peu, je me suis mise à écrire, des contes également. Pour nous, c’est important, car les livres permettent aux enfants non seulement de lire, mais aussi d’apprendre de nos valeurs culturelles et traditionnelles. Nous le faisons à travers des contes et des livres pour enfants, ludiques, où il y a des dessins et des coloriages pour que les enfants s’approprient l’histoire » raconte Rakemba. « A notre actif, notre maison d’édition a sorti 17 titres, tous en malgache. Mais nous projetons déjà de sortir des œuvres bilingues » conclut-elle.

Education. Le monde de l’édition est encore difficile à Madagascar. Les Malgaches lisent de moins en moins. Seule la littérature pour enfant semble trouver des lecteurs. Les collections pour ado, il y en a déjà moins, les romans, presque pas. Seuls les auteurs francophones continuent de se faire éditer, mais cela reflète que seule une certaine couche sociale est concernée. Il est en effet plus facile de vendre un ticket pour un concert musical que de vendre un livre, alors que ce dernier reste et perdure, et l’histoire peut être lue par plusieurs personnes. L’éducation à la lecture est primordiale pour assurer une bonne base pour les enfants. Lire, écrire n’est pas évident. Il est donc important d’inculquer l’amour des livres aux enfants dès leur plus jeune âge.

Anjara Rasoanaivo

http://www.midi-madagasikara.mg/

Publié dans Littérature, Contes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article