Tabac : Des idées reçues qui ont la vie dure

Publié le par Alain GYRE

Tabac : Des idées reçues qui ont la vie dure

Rédaction Midi Madagasikara 3 juin 2016

 Tabac : Des idées reçues qui ont la vie dure

La consommation de tabac, bien que très faible, a toujours des effets néfastes sur la santé.

Célébrée il y a à peine trois jours, la journée mondiale sans tabac a été une occasion de remettre sur le tapis l’importance de combattre les idées reçues sur le tabagisme, notamment, par rapport à la pratique d’activités physiques, ou encore le niveau de consommation de tabac.

Selon une étude menée en 2010, il est erroné de croire qu’une faible consommation de cigarettes ou de tabac à chiquer n’expose qu’à des risques moindres de développer des maladies, notamment le cancer. En effet, toute consommation de tabac, aussi minime soit-elle, représente des risques sur le fumeur et sur son entourage, si celui-ci est exposé au tabagisme passif. De même, penser que le fait de pratiquer un sport de manière régulière, annule ou réduit considérablement les effets du tabac sur la santé d’un individu est tout aussi faux. Or, selon une enquête réalisée en 2010, environ 70% des personnes interrogées le pensent. En réalité, il n’en est rien, car si le sport permet d’éliminer de l’organisme une certaine quantité de toxines, les effets du tabac ne sont pas réduits pour autant, de manière palpable. Ainsi, le fait de pratiquer du sport n’élimine pas les substances toxiques contenues dans les cigarettes et à l’origine du cancer.

Cancer. Le cancer dû au tabagisme, justement, concerne de plus en plus de jeunes. En effet, dès l’âge de 35 ans, voire moins, un fumeur, invétéré ou non, est déjà susceptible de développer un cancer. L’arrêt du tabac avant de fêter ses 35 ans, permet ainsi d’éliminer une baisse de son espérance de vie due au tabac et d’avoir, par conséquent une espérance de vie équivalente à celle des non-fumeurs. En revanche, l’alimentation peut faire la différence, bien que celle-ci n’ait pas encore été scientifiquement mesurée. Entre un fumeur qui s’alimente de manière équilibrée et un autre qui souffre de déficits au niveau de l’alimentation, la résistance de l’organisme face aux effets des substances toxiques contenues dans les cigarettes, ne sont pas les mêmes.

Par ailleurs, toujours selon l’étude sur les effets du tabac et les idées fausses sur cette substance, 35% des fumeurs estiment que « la consommation de tabac ne peut provoquer un cancer que si l’on fume de manière essessive ». On parle alors de consommations journalières mesurées au nombre de paquets consommés par jour. Il s’agit, là encore d’une perception inexacte, car fumer entre une seule à 4 cigarettes par jour, multiplie déjà par trois le risque d’infarctus du myocarde. Bref, croire que fumer « juste un peu » n’a que des impacts négligeables sur la santé est totalement erroné.

Recueillis par Hanitra R.

http://www.midi-madagasikara.mg/

Publié dans Santé, Tabac

Commenter cet article