Yves Rocher – Le secret de ses produits provient de Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Yves Rocher – Le secret de ses produits provient de Madagascar

Yves Rocher – Le secret de ses produits provient de Madagascar

Connues pour leurs vertus médicinales, les plantes malgaches figurent parmi les ingrédients stars des soins de la marque. Voyage sur la Grande île au cœur de ses filières végétales, dans le respect de la biodiversité et des hommes. Pour s’endormir le soir, Xavier Ormancey, le directeur de la recherche et du développement d’Yves Rocher, ne compte pas les moutons mais les pays qu’il a traversés : le Mexique, la Chine, le Vietnam, le Bhoutan, l’Inde, le Brésil…

Parmi les 250 filières végétales d’Yves Rocher à travers la planète, Madagascar est une pépite. Dotée d’une fantastique biodiversité (85 % des espèces animales et végétales n’existent nulle part ailleurs), la Grande île regorge de plantes magiques. On compte 14 000 espèces, dont 6 500 ont un usage médicinal. Il faut avoir l’œil pour ramasser un trésor. Près du village de Morarano, à l’est de l’île, des hommes sont penchés sur les rizières, tandis que les femmes cueillent des fleurs discrètes et délicates, aux faux airs de minuscules nénuphars, qui somnolent au milieu des herbes folles. Il s’agit de Centella asiatica. Bouillie et infusée, cette plante est utilisée depuis le XIXe siècle pour soulager des méfaits de la lèpre. Elle abonde en asiaticoside et en madécassoside, des molécules aux pouvoirs raffermissant. « Nous en avons fait l’ingrédient star de notre gamme minceur », dit Xavier Ormancey. La plupart du temps, les chercheurs mettent la main sur une plante aux vertus connues des populations locales. C’est le cas de Sigesbeckia orientalis. Il s’épanouit sur le bord des chemins ou sur les terrains riches en humus, disperse ses graines aussi bien à Madagascar qu’en Australie et en Polynésie. En malgache, son nom signifie « Je veux encore être blessé pour en profiter » ; en créole, on le surnomme « Guérit-vite ».

Cette plante possède en effet des propriétés singulières. Feuilles, tiges, fleurs sont utilisées traditionnellement pour traiter les maladies de peau : eczéma, acné, gale…. « C’est le génie de la vie, décrypte Xavier Ormancey. La gomme-résine que contient le Sigesbeckia est riche en terpène et en molécules de la famille des polyphénols, ce qui lui confère des pouvoirs apaisants et cicatrisants. Cette plante synthétise ses principes actifs pour les envoyer à ses feuilles lorsqu’elle est soumise à des stress externes ». Ainsi Sigesbeckia orientalis est-il entré dans les grimoires d’Yves Rocher pour ses vertus apaisantes et réparatrices. « Nous l’avons intégré à notre gamme sensitive végétale, à destination des peaux ultrasensibles qui souffrent de rougeurs, de tiraillements et d’échauffements. »

L’Aphloïa aussi est champion de self-défense. Cet arbuste prolifère sur les hautes terres ocre et vertes de Madagascar. Remède de santé, l’Aphloïa vient d’entrer en cosmétique. « Il nous a fallu plusieurs années de recherches pour obtenir un concentré très riche en mangiférine, révèle Xavier. Le résultat est un sérum anti-âge léger et fluide qui agit comme un puissant défenseur cellulaire. » Baptisé Elixir Jeunesse, c’est le dernier bébé de la marque.

Yves Rocher lui-même l’avait prédit : « C’est un fait. Plus la science avance, plus elle donne raison à la nature. »

Recueillis par FR

http://www.matin.mg/

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article