L’appel de l’ONU pour aider Madagascar à faire face au changement climatique

Publié le par Alain GYRE

L’appel de l’ONU pour aider Madagascar à faire face au changement climatique

 

La population de Tsiombe, la plus durement touchée par l'insécurité alimentaire dans le Sud, attend l'aide alimentaire.

© RFI/Sarah Tétaud

Par RFI Publié le 01-11-2016

Le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme et l’environnement vient d’effectuer une visite d’une semaine à Madagascar. Il a souligné l’urgence pour la communauté internationale de renforcer l’aide à la Grande île pour faire face au changement climatique. Le sud de l’île fait en effet face à une crise alimentaire grave : 850 000 personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère, dont 330 000 en situation d’urgence. La sècheresse sévit depuis plusieurs années dans cette région, et son effet est accentué cette année par le phénomène El Nino.

Avoir accès à l’eau potable, ou à de la nourriture, à un logement décent, aux soins médicaux et à l’éducation, autant de droits fondamentaux qui sont encore moins respectés dans le sud de Madagascar. La sècheresse est l’une des causes de cette misère. Pour John Knox, le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme et l’environnement, l’aide doit aussi venir de l’extérieur.

« Les principaux pays émetteurs doivent prendre des mesures concrètes pour mettre en œuvre leurs promesses de réduction de gaz à effets de serre, souligne-t-il. De plus, les pays les plus développés doivent fournir des ressources aux pays dans le besoin comme Madagascar pour qu’ils puissent s’adapter aux effets du changement climatique. Parce que certains de ces effets sont maintenant inévitables. »

Les cyclones et les sècheresses seront plus fréquents, plus violents, c’est pour cela qu’il faut maintenant aller plus loin. « L’accord de Paris sur le climat était une très bonne première étape. Mais la lune de miel est finie. Il est temps pour le vrai travail de commencer. Et les pays doivent s’y mettre vite pour respecter cet accord », a poursuivi John Knox.

87 pays ont ratifié cet accord sur les 197 signataires. Il doit entrer en vigueur vendredi 4 novembre.

http://www.rfi.fr/

Publié dans Environnement, Climat, Famine

Commenter cet article