Madagascar: les jeunes créateurs de jeux vidéo au premier Tana Games Week

Publié le par Alain GYRE

Madagascar: les jeunes créateurs de jeux vidéo au premier Tana Games Week

 

le premier Tana Games Week, salon des jeux vidéos, s'est déroulé à Antananarivo, du 11 au 13 novembre 2016.

© RFI/Sarah TETAUD

Par RFI Publié le 13-11-2016

Le premier salon des jeux vidéo s'est tenu à Madagascar du 11 au 13 novembre. L’occasion pour tous les geeks de se retrouver le temps d’un week-end pour vivre ensemble leur passion, et s’affronter au cours de tournois interactifs sur leurs jeux vidéo préférés. Mais l’occasion surtout de découvrir les talents de jeunes créateurs de jeux qui espèrent bien faire leur place sur un marché très internationalisé. 

Ambiance sonore électronique, lumières tamisées, écrans en pagaille… C’est dans un gymnase de la capitale malgache que les passionnés de jeux vidéo se sont donné rendez-vous. Ici, la moyenne d’âge est de 25 ans.

Aina Randrianimanana est étudiante en informatique. Elle rêve de partir à l’étranger faute d’école à Madagascar, pour apprendre à programmer et revenir ensuite pour promouvoir les jeux vidéo dans son pays. En attendant, elle est porte-parole d’IGDA, une l’association de développeurs malgaches. « On a des développeurs talentueux. Les jeux, ils sont là. Ils ont été créés. Mais ils sont encore dans les chambres des programmeurs, à cause du manque de sponsors », afirme-t-elle.

Un peu plus loin, une foule s’amasse devant un jeu de circuit automobile. Il s’agit là du premier jeu vidéo 100% malgache bientôt commercialisé. Matthieu Rabehaja est le co-fondateur de Lomay, la start-up qui a créé ce jeu. « Gazcar, c’est un jeu de course qui fait parcourir la ville d’Antananarivo, avec 26 véhicules, qui sont tous typiques de Madagascar. Par exemple, on aura des 2CV, des 4L… ». Matthieu l’admet, son plus gros challenge a été de trouver des financeurs : « On était en autofinancement. C’était très difficile. Après une année et demie de développement, on s’est tourné vers la partie commerciale et marketing du projet. On propose des visuels aux entreprises. On a modélisé des logos qui sont directement incrustés dans le jeu ».

Grâce à ce business model appelé « Advert Game », la start-up prévoit distribuer son jeu sur Android via le Play store dès décembre prochain. Une génération d’autodidactes, qui espère bien conquérir le marché mondial du jeu vidéo.

http://www.rfi.fr/

Publié dans Economie, Jeux vidéo

Commenter cet article