Madagascar, troisième pays le plus vulnérable au changement climatique

Publié le par Alain GYRE

Madagascar, troisième pays le plus vulnérable au changement climatique

LINFO.RE – créé le 31.10.2016 - La rédaction

 

Même si Madagascar rejette relativement peu de CO2 dans l’atmosphère, il se trouve au troisième rang des pays les plus exposés aux effets du changement climatique. La température y a augmenté de 1,9°C en moins d’un demi-siècle.

Le mode de vie des Malgaches perturbé par le changement climatique

Le climat de Madagascar est de type tropical humide, avec des catastrophes naturelles comme les cyclones qui surviennent régulièrement pendant la saison des pluies, entre décembre et avril. La Grande île est particulièrement affectée par le changement climatique. En effet, elle se trouve au troisième rang des pays les plus vulnérables face au phénomène, après le Bangladesh et Haïti, selon le rapport du service de la météorologie mondiale sur le réchauffement climatique.

Les cyclones deviennent de plus en plus intenses dans la zone où est situé Madagascar, même s’ils ne traversent pas toujours le pays. En 2011, 90% des forêts primaires se transforment en espace fragmenté. Par ailleurs, les pluies sont de plus en plus irrégulières et perturbent le calendrier des agriculteurs. Les habitants du sud de la Grande île sont exposés à la famine et à la sécheresse chronique.

Ces nouvelles donnes impactent sur le mode de vie des Malgaches qui deviennent de plus en plus sensibles aux maladies non transmissibles et aux épidémies. Une partie de la population se retrouve dans l’obligation de migrer à cause de la dégradation des infrastructures, et la biodiversité est plus que menacée.

Madagascar aura son mot à dire à la Cop22

Une partie des Malgaches a visiblement conscience de la situation, comme le montrent les nombreux ateliers organisés en ce sens et l’évolution de l’opinion publique. Mais les résultats se font attendre, car les conventions internationales et les projets s’imposent sans la consultation des communautés locales qui ont leurs propres expériences.

De l’avis d’un expert en communication cité par le quotidien Madagascar Tribune, les actions de communications de proximité devraient être privilégiées, la culture malgache étant essentiellement orale. De plus, bon nombre d’habitants de la Grande île ne font pas nécessairement le lien entre leurs habitudes au quotidien, telles que les rejets d’ordures dans la nature et le changement climatique. Madagascar sera représenté à la Cop22, la conférence mondiale sur le climat, qui se tiendra du 7 au 18 novembre prochains à Marrakech, au Maroc

http://www.linfo.re/

Commenter cet article