Notes du passé: Radama, le premier urbaniste d’Antananarivo

Publié le par Alain GYRE

Radama, le premier urbaniste d’Antananarivo

09.11.2016 Notes du passé

 

Tout ce qui est fait en Imerina sous Radama Ier est le résultat de l’action personnelle du roi. Et la mort prématurée de son conseiller et ami James Hastie à Antananarivo en 1826, la sienne même  survenue en 1828 alors qu’il n’a que 36 ans, « ont modifié le cours de l’histoire de Madagascar » (Revue de Madagascar, Spécial Tananarive, 1952).

Il est, en effet, imparti à ce grand roi de mettre son pays sur la voie du modernisme. Mais s’il accueille bien les Européens, il ne le fait pas sans intérêt, attendant d’eux des enseigne­ments profitables, des armes pour vaincre, bref tous les moyens propres à asseoir sa domination et à l’étendre jusqu’à la mer, fidèle à l’objectif de son père: « La mer sera ma limite. »

« Si je fais monter ici les Vazaha étrangers, c’est que je veux créer une armée, former des soldats qui défendront mon royaume et qui en seront les cornes protectrices… » C’est ainsi qu’il explique à ses sujets, réunis sur la place d’Andohalo, l’entrée des étrangers en Imerina, ce qui était interdit sous Andrianampoinimerina. Et d’ajouter: « Ils nous apprendront aussi à fabriquer de belles et bonnes choses… »

Le règne de Radama voit ainsi Antananarivo s’agrandir considérablement. La troupe qui forme l’armée de métier que le roi organise – 12 000 à  15 000 hommes en 1828- prend ses logements dans la cité et dans les villages de la banlieue. Quand ces soldats partent en campagne, femmes, enfants et esclaves demeurent dans les cases. Cela forme une population nombreuse.

En outre, l’industrie de l’armement développée du fait des guerres, amène tout un peuple de forgerons, armuriers et artisans du fer qui se groupent à Amparibe, autour de l’atelier de l’Anglais Chick. La vieille cité d’Analamanga ne pouvant plus contenir l’afflux de la population, Radama la fait éclater en ouvrant une brèche dans les remparts, au nord-est, à Ambatovinaky (à la roche brisée).

C’est alors que s’édifie le faubourg (aujourd’hui quartier) d’Ambatonakanga (la pierre aux pintades), là où il n’y a eu autrefois que des champs de manioc, refuge fréquenté par ces volatiles.

De cette manière et par sa volonté, l’extension de la ville prend déjà cette nouvelle orientation vers l’Ouest. Cela sera ultérieurement confirmé par le choix qu’y fera le représentant de la France d’un emplacement où bâtir sa résidence à Antaninarenina (l’actuel Palais d’Ambohitsorohitra).

Pourtant, Radama prévoit également l’avantage qu’il y aura à s’installer dans la plaine. Il ne se contente pas de faire agrandir le Rova, mais décide aussi de faire construire un palais, le premier de sa dynastie, à Soanierana.

Et pour sa convenance personnelle, il aménage, au pied du promontoire d’Isotry, le lac Anosy, car le plan d’eau semble l’élément indispensable d’une capitale imérinienne. L’îlot qui est au centre servira de dépôt des munitions et peut-être de poudrière.

Pour nourrir les quelque 30 000 à 35 000 habitants d’Antananarivo- les chiffres de la population ne seront jamais connus avec précision tout au long du XIXe siècle-, 5 000 à 6 000 hectares dans la plaine du Betsimitatatra sont mis en valeur.

C’est encore Radama qui fait creuser le canal d’Ivanga dit de Radama. Il est alimenté par les eaux du lac Mahazoarivo au sud-est. Il coule vers Mahamasina, avec le lac Anosy utilisé comme réservoir (ou déversoir).

Parallèlement, presque entièrement acquis aux idées et au goût occidentaux, il abandonne promptement le lamba traditionnel pour le costume européen. « Il avait la mise recherchée de nos fashionables », raconte en 1826 un témoin, Leguével de Lacombe.

« À son imitation, ses officiers, les honneurs, adoptent la redingote rouge de l’armée anglaise. Ils font venir d’Europe des pendules, des boîtes à musique, des tissus d’ameublement, de l’argenterie… beaucoup de choses dans le vieux Tananarive. Il y a beaucoup d’innovation, beaucoup trop… sans doute! »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

http://www.lexpressmada.com/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article