Pourquoi Madagascar n'en a pas encore fini avec ses révolutions?

Publié le par Alain GYRE

1/11/2016     

Pourquoi Madagascar n'en a pas encore fini avec ses révolutions?

 

Pourquoi Madagascar n'en a pas encore fini avec ses révolutions? Depuis la colonisation, Madagascar essaie de se trouver une indépendance, qui, disons le clairement, n'est pas encore acquise.

Sans vouloir refaire un cours d'histoire, on sait tous que les régimes qui se sont succédés dans notre pays ont été mis en place pour le compte d'autrui, pendant que le peuple se fait manipuler, au profit de puissances étrangères.

De crise en crise, de révolutions en révolutions, les générations se succèdent, mais le système reste le même, c'est à dire que le Malgache reste le mendiant sur ses terres.

Mais quel est alors le mal qui ronge notre pays?

Le système, nos lois, notre structure administratif et de gouvernance laissent trop de places à une confusion des prérogatives, à un manquement de contrôles et laissent un champ libre à plusieurs improvisations et interprétations où tout le monde peut avoir raison.

Prenons l'exemple de notre constitution, où chaque parti peut en tirer un avantage, en appuyant sur des ambigüités des textes, comme le fameux article 54 concernant les majorités parlementaires et son application au sein de l'exécutif.

Par conséquent, les lois ne garantissent plus la légitimité des institutions, et on finit par se trouver dans une situation où finalement, la loi est du côté des plus forts.

Au sein même des institutions, on a assisté à une dissolution d'un bureau permanent à l'assemblée nationale, et cela continue au sénat où les sénateurs aux-même remettent en cause leurs président pour avoir procédé à une nomination hors procédures au sein de son cabinet . Les exemples sont nombreux au sein de nos institutions, mais dans la vie de tous les jours, la population finit par créer leurs lois, où le verdict populaire ( Fitsaram-bahoaka) devient un réflexe primaire, pour régler n'importe quel différent.

Nous pouvons dire que Madagascar est dans une crise institutionnelle profonde, où la séparation des pouvoirs, garant de la démocratie, est loin d'être effective, et les bénéficiaires sont les plus riches et les plus forts, d'où cette lutte insensée pour accéder au pouvoir, au prix du sang du peuple.

Selon nos observations, Madagascar est dans cette crise institutionnelle, car au fil des crises politiques, on a changé les hommes sans changer le système.

Pourtant, notre seul espoir, à chaque crise, se repose sur des slogans tirés de nos vraies valeurs "Fihavanana", "Firaisankina", "Fahamarinana" ... alors au lieu de nous inspirer des lois étrangers, pourquoi ne pas s'inspirer de nos grands ROIS et les lois de l'époque, le système social de l'époque pour construire de nouvelles structures sociétales, sans lesquelles, nous ne seront à l'abri de nouvelles révolutions?

H2R

Etropique

http://www.etropique.com/

Publié dans Revue de presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article