Anicet Abel, de Madagascar à la Bulgarie

Publié le par Alain GYRE

Anicet Abel, de Madagascar à la Bulgarie

Par Marco Martins Publié le 18-12-2016

 

Anicet Abel (c), milieu de terrain de Ludogorets, essaye de s'imposer face aux Parisiens Lucas Moura (g) et Blaise Matuidi (d) lors du match de Ligue des champions, le 6 décembre 2016.

REUTERS/Benoit Tessier

Anicet Abel est un milieu de terrain malgache, âgé de 26 ans, qui évolue à Ludogorets, en Bulgarie, pour la troisième saison consécutive. Ce natif d’Antananarivo a eu un parcours plutôt atypique, qui l’a propulsé en Ligue des champions avec le club bulgare. On reverra Anicet Abel en 2017 en Ligue Europa.

Anicet Andrianantenaina Abel, né le 13 mars 1990 à Antananarivo, fait ses gammes sur le sol malgache au sein du club de l’Ajesaia. Il est alors repéré par Auxerre, qui l’intègre à son centre de formation. L’expérience auxerroise s’arrête en 2011, l’année du grand saut vers le championnat bulgare.

La Bulgarie, un pari gagnant

Le milieu de terrain malgache, sans club après son départ d’Auxerre, nous raconte comment il est arrivé au, peu connu, championnat bulgare. « J’ai joué à Auxerre pendant 9 ans. En 2011, le club n’a pas voulu renouveler mon contrat, donc j’ai décidé de partir. Un agent m’a emmené en Bulgarie. J’ai décidé d’y aller car je n’avais pas d’équipe. Depuis cette année-là, je suis là-bas, je suis bien installé et je gagne bien ma vie. C’est ça le plus important », souligne Anicet Abel.

L’international malgache prend un pari sur l’avenir en allant expérimenter un championnat qui lui est inconnu. « Au départ je ne savais pas très bien où se situait la Bulgarie. On m’a proposé, je me suis dit que je pouvais aller voir et essayer de jouer là-bas. J’ai atterri sur le sol bulgare et je n’ai eu aucun problème. Le football en Bulgarie est très physique. Ce qui est dommage, c’est que les stades sont souvent un peu vides. Mais l’essentiel, c’est que Ludogorets gagne le championnat depuis cinq ans, c’est-à-dire depuis qu’ils sont montés en première division », affirme le joueur de 26 ans.

Après le Chernomorets Bourgas, le CSKA Sofia et le Botev Plovdiv, trois clubs en trois ans, Anicet Abel s’est installé à Razgrad pour représenter Ludogorets. « Tout se passe bien pour Ludogorets, on veut aller chercher un sixième titre, et le président investit beaucoup. Il achète par exemple beaucoup de brésiliens. On veut gagner le maximum de titres possible. En Bulgarie, le club qui a de l’argent finit toujours premier, parce qu’il achète les meilleurs joueurs », assure le milieu de terrain, qui admet que « le plus important, c’est que je joue. Tout se passe bien et j’aime être en Bulgarie ». Ludogorets a participé à la phase de groupes de la Ligue des champions cette saison, mais le club a fini à la troisième place du groupe A derrière Arsenal et le Paris Saint-Germain. Une position qui permet aux Bulgares d'être reversés en Ligue Europa, où ils affronteront les Danois du FC Copenhague en février 2017.

Madagascar, un avenir sous le signe du football

Anicet Abel a déjà participé à cinq matches avec la sélection de Madagascar. Toutefois, les Barea n’ont pour l’instant pas de rencontres officielles comme nous l’a confirmé le milieu de terrain de Ludogorets. « On ne sera pas à la prochaine CAN 2017, donc maintenant on doit attendre les éliminatoires pour la CAN 2019 pour pouvoir jouer avec la sélection. Pour l’instant on n’a pas de match ».

Au micro de RFI, Anicet Abel a assuré que le football malgache a de l’avenir. « Notre pays n’est pas encore très connu au niveau du football. Mais quand on joue des matches avec notre sélection, on se donne toujours à fond, que ce soit les joueurs qui sont à l’étranger ou les locaux. A Madagascar il y a beaucoup de bons joueurs. Il faudrait que plus de joueurs viennent jouer en Europe. Pour avoir une équipe plus compétitive, il faut que des joueurs malgaches évoluent en Europe, pour engranger de l’expérience ».

L’international malgache, qui a fait le chemin entre son pays natal et la Bulgarie, reconnaît qu’il est difficile de savoir ce que les Bulgares connaissent de Madagascar. « Ils savent très bien que je suis Malgache depuis que je suis arrivé en 2011, après je ne sais pas s’ils savent le situer sur une carte ». En attendant les matches avec les Barea, Anicet Abel devra se concentrer sur le championnat, que Ludogorets mène avec 47 points, quatre longueurs devant le Levski Sofia, qui a un match en plus par rapport au club de Razgrad.

http://afriquefoot.rfi.fr/

Publié dans Sport, Football

Commenter cet article