Lauréat du prix Métis, Son roman "L'Oragé" s'inspire de la Grande Île

Publié le par Alain GYRE

7/12/2016     

Lauréat du prix Métis, Son roman "L'Oragé" s'inspire de la Grande Île

 

Douna Loup, lauréate du prix Métis : "Je suis devenue malgache par ma descendance"

Elle parle de Madagascar avec des étoiles dans les yeux. Son livre est un hommage à deux figures de la littérature malgache. La Grande Île, c'est une belle source d'inspiration pour Douna Loup, lauréate du prix Métis pour son roman "L'Oragé". Avec deux filles métissées, elle estime même être "devenue malgache par sa descendance". Ce prix littéraire international de la ville de Saint-Denis récompense les romans francophones véhiculant les valeurs de métissage, diversité et humanisme. Son oeuvre rend hommage à la langue malgache via la poésie.

Le jury l'a qualifié de "sublime roman-poésie". Hommage au poète Rabarivelo, "L'Oragé" raconte son enfance, sa jeunesse et sa vie littéraire. Entre écriture délicate et témoignages vivants, le roman emporte son lecteur dans le tourbillon de la réalité malgache. Son auteur, Douna Loup, entretient un rapport particulier avec la Grande Île. À ses 18 ans, elle s'y envole en tant que bénévole. Elle y passe six mois. "Une rencontre marquante" souffle la jeune trentenaire aux yeux clairs. Mariée à un Malgache, elle y retourne en 2007 puis en 2012. Avec l'idée de travailler sur un projet autour du poète Jean-Joseph Rabearivelo. S'il s'agissait d'un "poète reconnu et très connu de son vivant", il n'a été publié que récemment.

"J'avais envie d'écrire un livre qui se situerait dans la période coloniale à Madagascar où la rencontre de cultures entraîne à la fois enrichissement et oppression" décrit la romancière originaire de Suisse. Une période marquée par "bien des ambiguïtés" et où la langue joue tout un rôle symbolique. Et un sujet que le poète "muse" de Douna Loup aborde : "Il me permettait de voir des ambivalences de cette période et de me questionner sur la langue, qui est dans tous les moments de rencontre entre cultures et dominations" illustre-t-elle.

- "Le soleil, c'est l'oeil du jour" -

Avec deux filles "à moitie malgaches", Douna Loup estime être "devenue malgache" par sa descendance. "Ça avait du sens de transmettre une part de cette histoire à mes filles, même si elles sont encore trop petites pour le lire" affirme la lauréate. Au delà de Rabearivelo, "L'Oragé" s'inspire aussi d'Esther Razanadrasoa, dite Anja-Z. Le premier a traduit la seconde qui s'interdisait d'écrire en français. Une figure féminine dont Douna Loup s'est emparée pour laisser vagabonder son imagination.

Ce n'est qu'après deux ans de recherches, de lectures et de rencontres que l'étape de l'écriture est arrivée. Survient alors un jeu avec les codes, la forme littéraire et la poésie. "J'avais envie de rendre hommage à cette langue qu'on connaît peu et qui emploie des images pour parler des choses" s'émerveille la jeune femme, en enchaînant avec un bel exemple, "le soleil, c'est l'oeil du jour".

Après avoir reçu son prix ce mardi, la romancière entame une tournée de dédicaces en librairies et des rencontres en bibliothèque à Saint-Denis. Une récompense qui lui procure une "joie". Joie de pouvoir transmetre des "valeurs de l'humanisme" qui lui tiennent à coeur. Et dans le contexte actuel où "le livre a une vie qui est assez courte", un tel prix "vient prolonger sa vie et ouvrir d'autres sentiers". D'autant plus qu'elle le reçoit à La Réunion, où les malgaches font figure d'ancêtres. À noter aussi que "cette année, quatre bibliothèques se sont impliquées dans le grand prix du roman métis : le Chaudron, la Montagne, le Bas de la Rivière et la Bretagne. Le réseau de lecture publique, séduit par l'expérience, compte réitérer ce comité d electeurs l'an prochain. "Il y a cet héritage et c'est intéressant pour les Réunionnais de se repencher là-dessus et de voir de quelle manière ça peut être interrogé" imagine la lauréate. Un dialogue entre deux îles, mâtiné d'histoire et de liberté.

www.ipreunion.com

http://www.etropique.com/

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article