Mortalité maternelle : 10 décès en cours d’accouchement chaque jour à Madagascar

Publié le par Alain GYRE

Mortalité maternelle : 10 décès en cours d’accouchement chaque jour à Madagascar

LINFO.RE – créé le 1er.12.2016 - La rédaction

 

Les chiffres sont alarmants. Au total, 180 000 femmes meurent chaque année lors de l’accouchement.

Dix décès par jour

Baisser la mortalité maternelle constitue aujourd’hui l’un des défis auxquels les autorités malgaches doivent encore faire face. En effet, 10 femmes décèdent chaque jour lors de l’accouchement. Un chiffre qui s’élève à 180 000 décès par an contre près de 2,7 millions dans le monde entier d’après les données fournies par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Les causes de la mortalité maternelle à Madagascar

Les décès maternels résultent notamment des complications pendant la grossesse et de l’accouchement. Les cas les plus fréquents dans la Grande Île se présentent dans les zones isolées et éloignées des centres de santé. Une situation qui est provoquée par l’insuffisance de personnel médical qualifié lors de l’accouchement ou dans le suivi de la grossesse. La plupart des femmes enceintes négligent en outre le suivi de l’évolution de leur santé. Les différents examens comme l’échographie ou les vaccins ne sont pas effectués faute d’infrastructures, de matériels et de personnes qualifiées. La précarité des accès aux soins des femmes enceintes est également mise en cause.

Lire aussi : le nombre de bébés morts-nés chaque jour dans le monde

Des solutions mises en place

Pour lutter contre la mortalité maternelle, chaque acteur allant du personnel médical à l’État est interpellé. Dans cette perspective, la Campagne d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle (Carmma) initiée par l’Union Africaine pour le rapprochement des services de santé dans les zones à risque a été mise en place, rapporte le quotidien malgache Tribune de Madagascar. Dans la feuille de route réactualisée depuis l’année 2015 jusqu’en 2019, figure la construction des différents centres de santé dans les zones rurales.

http://www.linfo.re/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ephraïm randrianambinina 06/03/2017 20:57

quant aux causes lié au service de santé, il faut de leadership fort pour deployer surtout les jeunes personnel médicaux et paramédicaux dans tout les territoires malagasy . les personnel de santé sont en nombres presque suffisant mais la plupart reste toujours ici á tananarivo et d'autres grandes villes de madagascar.75% des agents de sante se concentre dans le chef lieux de province dont 60% se trouvent á tananarivo. certains SDSP ne connaissent que deux médecins seulement; alors que un petit CSB dans tana ville ou peripherie dispose au moins 7 médecins pouvant aller jusqu'á 15 .et un service dans des hopitaux de tana contient au moins 5médecins et travaille seulement 24h par semaine(systeme de rotation).
suggestions:
reviser et recenser le nombre de personnel dans chaque service de formation sanitaire,
faire equiter le nombre et deployer le personnel riguoureusement.
etablir et respecter l'engagement de 6ans au moins dans le lieux de 1er poste d'affectation
accepter la demande en formation continue après 6ans de respect de l'engament. y compris le demande de rapprochement
etablir un systeme de suivi de poste d'affectation d'un personnel médical

Alain GYRE 07/03/2017 17:18

Merci, Un projet à faire remonter en haut lieu.