Itrimobé le monstre aquatique et l’origine de l’Univers

Publié le par Alain GYRE

 

Itrimobé le monstre aquatique et l’origine de l’Univers

 

La terre était, dit-on, entièrement couverte d’une nappe d’eau dans laquelle vivait seulement un monstre aquatique nommé Itrimobé. Ce monstre était le seul maître de cet immense Océan et y vivait sans inquiétude.

Un jour, dit-on, il voulut voir la lumière et sortit sa tête de l’eau. Séduit par le spectacle qui s’offrait à ses yeux, il s’agita, alla vers l’est, vers le nord, vers l’ouest, vers le sud, il flaira partout mais ne trouva aucun passage lui permettant de sortir du Grand Océan qui était, dit-on, infini. Alors, il eut l’idée de creuser avec ses larges et longues griffes cinq grands trous pour servir de vastes réservoirs : trois au milieu de la terre  et deux à chacune de ses extrémités. Sa tâche étant terminée, les eaux du milieu allèrent se jeter dans les trous du centre, celles des côtés dans ceux des extrémités.

Alors des parties de terre émergèrent et formèrent des continents et des îles. Itrimobé devint amphibie et vécut alternativement sur la terre et sous l’eau. Mais ses yeux n’ayant pas été faits pour supporter la lumière ne virent plus et bientôt il mourut.

Quoique mort, son esprit vivait et il dit :

Puissent mes deux bras devenir des hommes pour s’aider ! Puissent mes deux jambes devenir des animaux pour servir aux hommes ! Puissent mes intestins et mes poumons devenir des reptiles ! mes vertèbres des poissons qui peupleront les mers ! Puissent mes os devenir des roches, mes poils des arbres et de l’herbe !

Ainsi les bras d’Itrimobé se transformèrent en êtres humains : le bras droit devint un homme, le bras gauche, une femme ; l’homme et la femme s’aident toujours comme les deux bras. Les jambes furent changées en animaux domestiques qui, de même que les jambes, rendent des services aux hommes.

 

Aux origines du monde,

Contes et légendes de Madagascar

Réunis par Galina Kabakova

Files France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article