Conte: La Litotsy, le Takodara et le Ndovy

Publié le par Alain GYRE

 

La Litotsy, le Takodara et le Ndovy

 

Jadis Raindovy (M. le Jadis Raindovy (M. le Ndovy), le roi des oiseaux, était paré des plus brillantes couleurs, insigne de son rang : Retakodara (M. la huppe), à la robe bariolée, et Relitotsy (Mademoiselle la Litotsy), au noir plumage, étaient ses esclaves.

Ces derniers allèrent un jour, à la rivière, laver les beaux habits de Raindovy ; le roi des oiseaux avait, en attendant, revêtu la sombre livrée de Relitotsy. Quand les effets furent secs, la jeune Relitotsy se revêtit, pour s’amuser, du splendide costume royal : sous ces nouveaux atours, elle était si jolie et si gracieuse que le génie de l’eau, émerveillé de sa beauté, lui proposa de l’épouser sur-le-champ. Elle y consentit, malgré les conseils de Retakodara qui lui reprocha sa légèreté et son ingratitude en ces termes : « Tu es l’esclave de Raindovy, ô ! Relitotsy ! ne l’oublie pas ; non contente de voler les habits de ton maître, tu veux encore le quitter pour épouser le génie de l’eau. Non, tu ne commettras pas cette mauvaise action.

— J’aime mieux vivre libre avec le génie, répondit la folle Relitotsy, plutôt que de redevenir esclave chez Raindovy. D’ailleurs cela ne te regarde pas, et je prends la robe qui me va si bien. » Et elle partit avec le génie de l’eau.

Retakodara revint tristement près de Raindovy auquel il raconta ce qui venait de se passer. Le roi des oiseaux, furieux, vint trouver le génie de l’eau et lui réclama son esclave et son habit.

«Je ne te rendrai rien, répliqua le génie, car l’esclavage n’existe pas dans mon domaine : Relitotsy est ma femme et ses vêtements lui appartiennent.» – Raindovy lui dit alors : «Puisque tu as pris mon esclave et que tu refuses de me la rendre, je ne boirai plus l’eau dans laquelle tu habites.»

Et depuis ce jour Raindovy ne boit plus d’eau à la rivière : il se contente des gouttes de rosée et de l’eau des pluies. Pour le récompenser de sa fidélité, le roi des oiseaux affranchit Retakodara qui devint son conseiller intime et son ami inséparable.

C’est pourquoi, aujourd’hui, là où l’on voit un Ndovy, il y a toujours un Takodara dans le voisinage. Depuis cette époque, le Ndovy a conservé le vêtement noir de l’esclave infidèle, et la Litotsy, parée du brillant costume volé à son maître, vit au bord de l’eau, sous la protection du génie, et ne s’en éloigne jamais afin d’être à l’abri des représailles du Ndovy.

Contes-et légendes bara

http://www.newsmada.com/

Bulletin de l’Académie malgache

www.bibliothequemalgache.com

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article